•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maladie de Lyme prend de l'ampleur

Maladie de lyme

Photo : AP Photo/ Victoria Arocho, File

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de Canadiens affectés par la maladie de Lyme est en hausse exponentielle depuis trois ans. Et on s'attend à ce que le nombre de cas explose cet été, puisque le pourcentage de tiques à pattes noires infectées par la bactérie qui cause la maladie est passé de 11 % en 2011 à près de 25 % l'an dernier.

Un texte de Michel RochonTwitterCourriel

La maladie de Lyme est considérée comme une maladie émergente aux États-Unis, et elle l'est maintenant aussi au Canada.

Elle est causée par une bactérie – Borrelia burgdorferi – présente dans la tique à pattes noires. De façon générale, ces tiques se nourrissent des hôtes que sont la souris à pattes blanches, le cerf et certains oiseaux migrateurs. Les humains sont les nouvelles victimes de cette chaîne de transmission de la bactérie pathogène.

La tique à pattes noires injecte la bactérie après avoir passé des heures à piquer sa victime. Une fois dans la peau, la bactérie migre dans la circulation sanguine pour ensuite se disperser partout dans le corps.

De trois jours à un mois après l'infection, une éruption cutanée en forme de cible est visible sur la peau, souvent accompagnée de fièvre, de fatigue et de maux de tête.

Non traitée, la maladie peut évoluer vers une grande variété de problèmes neurologiques, arthritiques et cardiaques. Soulignons des troubles neurologiques multiples - chez 15 % à 20 % des cas - incluant des :

  • paralysies partielles;
  • méningites;
  • encéphalopathie;
  • troubles cognitifs légers;
  • troubles rhumatologiques souvent aux genoux (chez 60 % des cas non traités).

Le mieux est donc de suivre un traitement d'antibiotiques dès l'apparition d'une éruption cutanée.

Une combinaison de facteurs explique l'arrivée de cette maladie, la principale étant le réchauffement climatique, qui offre maintenant un écosystème propice à la propagation de la maladie.

Une citation de :Virginie Millien, conservatrice au Musée Redpath et professeure à l'Université McGill

Virginie Millien étudie l'évolution territoriale des tiques et de son hôte - la souris à pattes blanches - sur le territoire québécois depuis de nombreuses années.

L'augmentation du nombre de cas de la maladie chez les humains s'explique donc par des changements dans notre écosystème. La maladie de Lyme était pendant longtemps présente en Nouvelle-Angleterre. On prévoit d'ailleurs que 300 000 Américains seront touchés cette année.

Mais voilà qu'elle migre vers le nord. « La principale source de dispersion de la tique, ce sont les oiseaux migrateurs. Année après année, ils partent des États-Unis avec les tiques infectées – souvent autour des yeux – et parcourent de longues distances jusqu'ici », explique Virginie Millien.

C'est ce qui explique, selon elle, les pourcentages de plus en plus élevés de tiques infectés sur le territoire du sud du Québec. Avec son équipe de biologistes, Virginie Millien capture des souris à pattes blanches et des tiques pour analyser leur degré d'infection et leur distribution géographique sur le territoire québécois.

Actuellement, les tiques infectées se trouvent principalement dans le sud du Québec, en Montérégie principalement. Elle constate une lente, mais certaine migration vers le nord. Elle étudie présentement des sites dans la région de Montréal.

Il n'est pas impossible de croire que la tique va – au cours des prochaines années - propager la maladie au nord de Montréal.

Une citation de :Virginie Millien conservatrice au Musée Redpath et professeure à l'Université McGill

L'Institut national de santé publique du Québec a déposé au ministère de la Santé et des Services sociaux cette année une proposition de programme de surveillance intégré pour la maladie de Lyme.

L'objectif serait notamment de bonifier le programme de surveillance active de la tique, d'informer les professionnels de la santé et le public des risques et des mesures à prendre pour se protéger.

En 2013, des 136 cas déclarés de la maladie de Lyme, 68 cas ont été acquis au Québec et 63 cas ont été acquis à l'extérieur de la province, souvent en Nouvelle-Angleterre (5 cas restent non identifiés).

« Il ne faut pas paniquer outre mesure. Tout est une question de prévention. Si vous allez en forêt, portez des pantalons longs, des manches longues pour les jeunes et examinez-vous en sortant de la forêt », indique Virginie Millien, qui fait de même lors de ses randonnées en famille.

Il faudra attendre cet automne pour avoir un bilan du nombre de nouveaux cas de la maladie de Lyme, tant au Québec qu'au Canada. En attendant, la prévention a bien meilleur goût.

POUR EN SAVOIR PLUS

Qu'est-ce qui cause la maladie de Lyme? Comment se transmet-elle? Pour plus de détails, visitez le site :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !