•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arctique : mission canadienne pour cartographier les fonds marins

 Le Pôle Nord

Le Pôle Nord

Photo : dandurand.uqam.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans l'espoir de réclamer la souveraineté du pôle Nord, des scientifiques canadiens effectueront une mission de six semaines en Arctique afin d'y cartographier les fonds marins.

En décembre, Ottawa a annoncé qu'un dossier serait déposé aux Nations Unies dans le but de prolonger les limites de son plateau continental au-delà de la Zone économique exclusive des 200 miles marins (321 km), comme la Convention de l'ONU sur le droit de la mer l'en autorise.

Moscou a riposté, en annonçant le renforcement de sa présence militaire dans le Grand Nord.

Les données recueillies au cours de cette mission serviront à compléter le dossier qui sera remis à l'ONU.

« Notre gouvernement investit les ressources nécessaires pour s'assurer que le Canada obtienne la reconnaissance internationale de toute l'étendue de son plateau continental, y compris le pôle Nord », a fait valoir le ministre des Affaires étrangères, John Baird.

Le Canada définira « la nouvelle frontière du Canada », a déclaré de son côté la ministre canadienne de l'Environnement et du Nord, Leona Aglukkaq.

Cinq pays riverains (les États-Unis, la Russie, le Canada, la Norvège et le Danemark) convoitent l'Arctique. La région pourrait receler 13% des réserves de pétrole et 30 % des réserves de gaz naturel non découvertes de la planète, selon des géologues, et ces pays espèrent avoir accès aux gisements d'hydrocarbures.

De plus, la fonte des glaces, causée par le réchauffement climatique, laisse entrevoir l'ouverture des passages du Nord-Ouest et du Nord-Est entre l'Atlantique et l'Asie. Ces routes sont un intérêt commercial et industriel important puisqu'elles sont plus courtes que celles de Suez ou de Panama.

Le navire amiral des garde-côtes canadiens NGCC Louis S. St-Laurent sera accompagné du brise-glace NGCC Terry Fox.

Équipé d'un sonar multifaisceaux, le navire recueillera « des données de haute qualité sur la configuration et la composition du plancher océanique », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les deux bateaux parcourront la partie orientale de la dorsale de Lomonossov, la chaîne de montagnes sous-marine de quelque 1800 km qui relie la Russie et le Canada, en passant à la verticale du pôle Nord. « Si les conditions de la glace le permettent, ce relevé s'étendra aux zones qui jouxtent le pôle Nord », précise le ministère.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !