•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation d'Autochtones sur le chantier de la rue Jacques-Cartier à Gatineau

Des Autochtones observent un sit-in sur le site du chantier de revitalisation de la rue Jacques-Cartier à Gatineau Photo: Laurie Trudel
Radio-Canada

Des Autochtones refusent de quitter le site du chantier du projet de revitalisation de la rue Jacques-Cartier, à Gatineau.

Ils demandent à la Ville de Gatineau de poursuivre les fouilles archéologiques qu'elle a récemment effectuées.

Le sit-in survient au moment où la communauté algonquine hors-réserve de Fort-Coulonge fait une nouvelle demande à la Ville pour mettre fin aux travaux à la suite de la découverte d'un site archéologique, au début de l'été.

Les manifestants menacent d'augmenter les moyens de pression si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Les Algonquins estiment que la mise au jour d'un campement autochtone, qui serait vieux de 5500 ans, devrait faire changer d'avis la Ville de Gatineau et la Commission de la capitale nationale (CCN).

Projet de réaménagement de la rue Jacques-Cartier à Gatineau (archives)Projet de réaménagement de la rue Jacques-Cartier à Gatineau

Le projet de revitalisation de la rue Jacques-Cartier, qui comprend entre autres l'aménagement d'une piste cyclable, est, à leurs yeux, un non-sens.

« Tu trouves un site et des objets de 5500 ans en 19 jours, c'est important. Tu ne vas pas l'asphalter pour dire que tu vas faire un CD pour la liste d'industriels qui ne s'en va nulle part. Pour passer par-dessus, tu vas bouger la rue, tu n'as pas trouvé que ça peut être significatif », déplore le chef de la communauté algonquine hors-réserve de Fort-Coulonge, Roger Fleury.

Le chef de la communauté algonquine hors-réserve de Fort-Coulonge,Roger Fleury,Le candidat du Parti vert dans la circonscription de Chapleau, Roger Fleury. Photo : Radio-Canada

Il estime que la Ville de Gatineau et la CCN n'ont pas respecté les recommandations de l'ONU et de la Cour suprême du Canada relatives à la préservation des lieux.

M. Fleury s'en prend également à la municipalité pour n'avoir pas consulté sa communauté après la découverte du campement plus que millénaire.

Il dit qu'il espère pouvoir être entendu lors d'une réunion prévue avec le maire Maxime Pedneaud-Jobin, le 23 août prochain.

Ottawa-Gatineau

Société