•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois sont-ils prêts à acheter des fruits et des légumes « moches »?

Entrevue avec André Plante, directeur général de l'Association des producteurs maraîchers du Québec.

Une campagne publicitaire en Europe qui encourage les consommateurs à acheter les fruits et légumes « moches » a connu tout un succès. Les consommateurs québécois seraient-ils prêts à acheter des fruits et des légumes de forme irrégulière si on les offrait au rabais en épicerie?

« Si une chaîne d'alimentation décide de le faire, je suis convaincu du succès au Québec », dit André Plante, directeur général de l'Association des producteurs maraîchers du Québec, en entrevue à Radio-Canada.

Et pourtant, il reste beaucoup à faire au Québec pour que ce créneau connaisse le même succès que dans les épiceries européennes.

En ce moment, au Québec, on retrouve surtout des fruits et légumes « moches », à moindre coût, dans des petits commerces indépendants. Parmi les clients ciblés : des immigrants moins fortunés. « Ils recherchent ces fruits, parce qu'ils veulent les vendre à des prix agressifs. Leur philosophie est que certains immigrants viennent de pays qui ne sont pas riches. Pour eux, ce qui est important, c'est que le produit soit nourrissant, pas esthétique. »

Au Québec, chaque personne jette chaque année 183 kilos de nourriture. Le tiers des aliments produits chaque année dans le monde est gaspillé, selon l'ONU.

En Amérique du Nord, les exigences des grands distributeurs sont devenues de plus en plus difficiles à atteindre. Par exemple, une carotte doit mesurer entre 6 et 8 pouces et avoir un diamètre entre 1,25 pouce et 1,5 pouce, explique M. Plante. Mais « une carotte, ça ne pousse pas en usine! », rappelle M. Plante.

Avec de telles exigences, les producteurs doivent jeter entre 20 et 25 % de leurs produits. Les offrir à moindre coût permettrait de réduire de beaucoup le gaspillage alimentaire.

« Ils nous disent que c'est les consommateurs qui le demandent », dit M. Plante, qui croit plutôt que les gens veulent simplement acheter des produits nutritifs, à moindre coût. « Une crème de carotte [faite à partir de carottes de forme irrégulière] va goûter la même chose! »

Économie