•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transmission culturelle intergénérationnelle et échanges entre nations autochtones

Des aînées montrent aux plus jeunes comment apprêter les outardes, le castor et le cœur d'orignal à la Journée traditionnelle du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or
Des aînées montrent aux plus jeunes comment apprêter les outardes, le castor et le cœur d'orignal à la Journée traditionnelle du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or Photo: Radio-Canada - Émélie Rivard-Boudreau

C'était aujourd'hui la Journée traditionnelle du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or.

L'activité a permis aux plus jeunes, et même aux aînés, d'en apprendre davantage sur la cuisine ancestrale autochtone.

Les échanges entre les différentes nations et entre les générations ont créé une ambiance divertissante.

Transmission de la culture aux jeunes

Vera Pien prépare un castor pour la première foisVera Pien prépare un castor pour la première fois Photo : Radio-Canada - Émélie Rivard-Boudreau

C'est sous le regard amusé des aînés et d'autres jeunes filles qui participent à la Journée traditionnelle que Vera Pien prépare un castor pour la première fois.

Difficile? « Juste un peu, oui! », admet la jeune fille avant d'éclater de rire.

Depuis quelques années, le Centre d'amitié autochtone redouble ses efforts afin de favoriser la transmission aux plus jeunes du savoir traditionnel des aînés.

« J'ai arrangé une outarde! Je te dis, j'ai dit comme "NON! MOI? HIiiiiii! Je capotais! », poursuit la jeune femme.

L'été était donc la saison idéale pour apprendre à cuire la viande d'outarde et de castor, indique Nadia Lagueux, agente de communication et d'événements spéciaux au Centre d'amitié autochtone.

Vera Pien accroche l'outarde qu'elle a préparée pour la faire cuire au-dessus de la braiseVera Pien accroche l'outarde qu'elle a préparée pour la faire cuire au-dessus de la braise Photo : Radio-Canada - Émélie Rivard-Boudreau

« C'est dehors, on est au site culturel du Centre, donc c'est l'endroit idéal pour montrer des choses comme ça, comment apprêter de la viande et la faire cuire sur le feu », précise Nadia Lagueux.

Échanges entre les nations

Même les aînés apprennent de l'expérience, car d'une nation à l'autre, on ne cuisine pas nécessairement les viandes de la même façon.

« Ils mettent de la broche là. Tantôt, ils vont l'accrocher après le poteau qu'il y a là. Là, on a juste à le tourner, puis tu sais la braise, là, qui va avoir, ça se cuit tranquillement puis c'est très bon, explique Bernadet Ogushing. Les Cris eux autres, c'est comme ça. Puis nous autres, moi je suis algonquine, nous autres mes grands-parents, ils faisaient bouillir », poursuit-elle.

Vera Pien brasse la braise pendant la cuisson du gibier.Vera Pien brasse la braise pendant la cuisson du gibier. Photo : Radio-Canada - Émélie Rivard-Boudreau

La Journée traditionnelle est une activité ouverte à toute la population, mais ce sont surtout ceux qui fréquentent régulièrement le Centre d'amitié qui y participent.

Environ 50 personnes étaient rassemblées mercredi.

Abitibi–Témiscamingue

Société