•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vergetures de la colère

Des femmes qui dévoilent leur coprs, changé par la maternité

Rassemblement à la place Churchill, à Edmonton, d'une quinzaine de femmes qui dévoilent leur corps, changé par la maternité, en soutien à Tanis Jex-Blake

Photo : Elisa Serret

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une vingtaine de femmes ont exposé leur ventre de maman pour témoigner leur soutien à Tanis Jex-Blake, une mère de cinq enfants qui a été victime d'intimidation sur une plage albertaine.

Trois jeunes adultes se sont moqués d'elle à cause des vergetures sur son ventre, attribuables à la maternité.

Alors qu'elle n'avait pas osé porter le bikini pendant treize ans, Tanis Jex-Blake l'a fait la semaine dernière sur une plage albertaine. L'expérience lui a laissé un souvenir amer.

Non à l'intimidation

Dans une lettre ouverte qu'elle a publiée sur Facebook, la mère de 33 ans raconte comment elle a été la cible de trois jeunes adultes, une fille et deux hommes, d'une vingtaine d'années selon elle.

Allongée dans le sable, les yeux fermés, elle a entendu des voix s'élever : « Oh, mon Dieu, regarde ça! ». Elle a alors ouvert les yeux pour voir ce qui se passait et c'est là qu'elle a remarqué que c'est d'elle que ces jeunes gens parlaient.

« Ils riaient, se moquaient de moi et faisaient semblant de me donner des coups de pied. »

— Une citation de  Tanis Jex-Blake

Malgré sa colère, elle s'est retournée et les a ignorés. Plus tard, elle a pleuré et appelé son mari.

Non aux préjugés

Indignées, des mamans se sont rassemblées sur la place Churchill, à Edmonton, avec des pancartes éloquentes sur le corps : « Les filles ne sont pas nées en détestant leur corps. Nous le leur avons appris. » Ou encore : « Porte ta peau fièrement! ».

Elles ont dévoilé leur corps, surtout leur ventre, pour manifester contre les préjugés sur le corps de la femme, après une grossesse.

Ces femmes dénoncent le comportement intimidant que ces jeunes ont eu à l'égard de Tanis Jex-Blake, mais aussi l'attitude des médias. Selon elles, les médias véhiculent une image de femmes et d'hommes parfaits dans les publicités.

Dans sa lettre ouverte, accompagnée d'une photo de son ventre, Tanis Jex-Blake « s'excuse que son ventre ne soit pas plat et lisse. »

Elle y écrit aussi : « Je suis désolée que mon ventre soit couvert de vergetures. Je ne suis pas désolée que mon corps ait accueilli, fait grandir, protégé, donné naissance et nourri CINQ fabuleux êtres humains, sains, intelligents et merveilleux. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...