•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépendance : 3 millions $ pour améliorer la formation des professionnels de la santé

Un médecin et une patiente lors d'une consultation

Photo : La Presse canadienne / Kevin Frayer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Colombie-Britannique aura bientôt le plus important programme de formation en dépendance à l'alcool et à la drogue pour les professionnels de la santé en Amérique du Nord, a annoncé le ministre provincial de la Santé.

Terry Lake explique que la formation sera offerte grâce à une entente conclue entre la province et l'Université de la Colombie-Britannique (UBC). En vertu de cette entente, Victoria investira 3 millions de dollars pour aider au financement d'une approche interdisciplinaire de la dépendance qui jumellera l'éducation et la recherche.

Le ministre de la Santé veut que les professionnels de la santé qui travaillent directement avec les patients reçoivent la meilleure formation possible. « Ces fonds aideront à garantir que les médecins de famille et les infirmières-praticiennes aient un meilleur accès aux outils dont ils ont besoin pour que leurs patients puissent avoir du succès  », soutient Terry Lake.

Jusqu'ici, les professionnels de la santé n'étaient pas bien équipés ou formés pour s'occuper des patients ayant des problèmes de dépendance, selon le Dr Evan Wood, professeur de médecine à UBC.

Il ajoute que ce manque de formation est ce qui empêche les progrès dans le domaine. « La dépendance est une maladie très cachée, dit le Dr Wood, la recherche démontre que les médecins ne font pas un bon travail quand ils interrogent leurs patients à ce sujet. »

L'argent servira également aux essais cliniques portant sur un médicament qui bloque les effets de l'héroïne et de l'alcool. Le Dr Wood note que le Vivitrol, administrable en injection mensuelle, est déjà utilisé aux États-Unis pour traiter la dépendance aux opiacés et à l'alcool.

D'après les informations recueillies par Jeremy Allingham.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !