•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti : Dominic Champagne poursuit sa croisade

Dominic Champagne et Gérard Noël sur l'île d'Anticosti

Photo : Katerine Giguère

Radio-Canada

Dominic Champagne poursuit sa campagne contre l'exploitation pétrolière sur l'île d’Anticosti à l’heure où les foreuses et les employés de Pétrolia sont à l’œuvre et mènent des travaux exploratoires.

« Le Québec a bâti sa modernité énergétique sur une énergie propre et une notion importante du partage de la richesse. Ce n'est pas dans cette direction qu'on s'en va avec Anticosti », maintient le metteur en scène.

« Le gouvernement a financé à hauteur de 100 millions de dollars un projet que les pétrolières n'arrivaient pas à financer. Un projet qui devra utiliser la fracturation hydraulique. On sait qu'on devra multiplier le transport du pétrole dans le golfe du Saint-Laurent. On sait déjà qu'il y a des impacts négatifs et on n’a pas fait l'analyse », ajoute-t-il.

Ressources Québec, une filiale d'Investissement Québec, pourrait investir jusqu'à 115 millions de dollars sur 190 millions dans le cadre de deux ententes conclues avec les compagnies Pétrolia, Corridor Resources, Maurel & Prom et Junex. Il s’agit d’un engagement pris par l’ancien gouvernement péquiste de Pauline Marois.

Depuis la fin juillet, Pétrolia réalise des travaux exploratoires à une trentaine de kilomètres à l’est de Port-Menier. Le réalisateur du documentaire Anticosti : la chasse au pétrole extrême reconnaît que les risques environnementaux de cette première phase sont minimes.

Au cours de l'année 2014, Pétrolia mènera 15 forages stratigraphiques de 1,5 à 2 kilomètres de profondeur, d'un bout à l'autre de la plus grande île du Québec. Ces travaux s'étaleront jusqu'à la fin de l'année. L'objectif : déterminer où les trois futurs forages de puits de pétrole horizontaux, qui demanderont la fracturation, seront menés l'an prochain. Ces travaux plus poussés pourront se faire si les résultats d'une évaluation environnementale stratégique (EES) visant l'île d'Anticosti sont favorables.

Dominic Champagne demande au gouvernement québécois d'adopter un plan de sortie du pétrole, comme l'ont fait d'autres pays tels le Danemark et la Suède.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Environnement