•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pétrole des sables bitumineux à Sorel-Tracy : Québec a donné le feu vert en 2013

Wagons de pétrole aux installations de Kildair à Sorel-Tracy

Wagons de pétrole aux installations de Kildair à Sorel-Tracy

Photo : Thomas Gerbet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) n'a pas eu à se prononcer sur le transit et le stockage du pétrole lourd non raffiné des sables bitumineux à Sorel-Tracy. Le ministère de l'Environnement a plutôt accordé un certificat d'autorisation pour entreposage en décembre 2013.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

Des groupes écologistes réclament une étude environnementale et une consultation publique, alors que la compagnie Suncor s'apprête à charger un tout premier navire de pétrole lourd des sables bitumineux aux installations de stockage de Kildair, à Sorel-Tracy. Le bateau destiné à l'exportation prendra le large à la mi-septembre. Il sera suivi par un ou deux autres par mois.

« Kildair réutilise des réservoirs déjà existants », explique Daniel Leblanc, directeur régional par intérim du ministère de l'Environnement pour la Montérégie. « La loi prévoit un recours au BAPE en cas de nouvelle installation », ajoute-t-il.

Kildair stocke déjà du mazout ou du bitume dans de grands réservoirs d'une capacité de 30 millions de litres chacun. Cinq de ces cuves sont maintenant aménagées pour recevoir du pétrole lourd.

Pour ce qui est des autorisations de transporter ce pétrole non conventionnel sur le fleuve, le ministère de l'Environnement du Québec renvoie à Transports Canada.

« C'est comme si le Québec était en train de devenir une plaque tournante d'exportation du pétrole, avec tous les risques que ça comporte, mais qu'il n'y a jamais eu de débat public là-dessus, jamais eu de consultation. »

— Une citation de  Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la fondation David Suzuki

Suncor, le Canadien National et la compagnie de stockage Kildair ont considérablement renforcé la sécurité entourant le transport de ce pétrole des sables bitumineux. Mais ça ne suffit pas à rassurer le porte-parole d'Équiterre, Steven Guilbeault. « Il y a eu un accident en 2010, dans une petite municipalité au Michigan, de 7400 personnes. Quatre ans après, on n'a pas fini le nettoyage, la facture dépasse le milliard de dollars. Pourquoi? Parce que ce pétrole lourd, quand il entre en contact avec l'eau, il coule. »

Des navires de pétrole, mais conventionnel et léger celui-là, circulent déjà sur le Saint-Laurent pour approvisionner le Québec en carburant. En 2011, les cinq principaux pays fournisseurs étaient :

  • Algérie 37,6 %
  • Kazakhstan 21,5 %
  • Angola 11,0 %
  • Norvège 7,9 %
  • Royaume-Uni 7,4 %

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !