•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec souhaite hausser ses tarifs de 3,9 %

Le reportage de Jonathan Lavoie
Radio-Canada

Hydro-Québec demande à la Régie de l'énergie de lui accorder une hausse de 3,9 % de ses tarifs résidentiels. Cette hausse entrerait en vigueur le 1er avril 2015.

Si la demande d'Hydro-Québec est acceptée, la hausse représentera 2,02 $ par mois pour un logement, 5,14 $ pour une petite maison, 7,33 $ pour une maison moyenne, et 9,46 $ pour une grande maison.

La société d'État justifie plus de la moitié de la hausse demandée par le coût des nouveaux approvisionnements, principalement éoliens.

La demande de la société d'État fera l'objet d'audiences publiques qui permettront aux représentants de tous les intéressés de l'analyser et d'en discuter. 

Pour Option consommateurs, la hausse suggérée par Hydro-Québec est un nouveau boulet pour les ménages à faible revenu. « Les augmentations s'accumulent d'année en année et on voit concrètement, dans nos bureaux, que dans les budgets des familles, des ménages, ça a un impact. C'est inquiétant », dit Me Lisanne Blanchette, conseillère budgétaire à Option consommateurs.

Hydro-Québec dit pour sa part que la demande d'ajustement ne vise pas à augmenter les profits d'Hdro-Québec et soutient que ses tarifs demeureront les plus bas du Canada. Hydro-Québec Distribution entend par ailleurs poursuivre ses programmes pour soutenir la clientèle à faible revenu. Un budget de 25,8 millions de dollars est proposé, principalement pour le soutien au paiement des factures et de la dette des clients à faible revenu bénéficiant d'ententes personnalisées.

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec estime tout de même que la hausse risque d'être lourde de conséquences pour de nombreux locataires qui peinent à payer leur loyer. « Présentement, au Québec, il y a plus de 450 000 locataires qui dépensent plus que ce qu'ils devraient pour se loger », dit Catherine Tragnée, porte-parole du regroupement.

Il y a des locataires qui sont dans des logements qui sont mal isolés, donc évidemment pour eux, une augmentation des coûts d'électricité est très significative.

Catherine Tragnée

La Fédération de l'âge d'or du Québec s'indigne elle aussi de la hausse, estimant qu'elle aura pour effet un appauvrissement grandissant des aînés. « Ces hausses successives nuisent aussi au maintien à domicile, qui est le souhait le plus cher de la majorité des aînés », dit le réseau.

La décision de la Régie de l'énergie sera connue au début de l'an prochain.

Avec les informations de La Presse canadienne

Énergies renouvelables

Économie