•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bisphénol A pourrait favoriser l'intolérance alimentaire

Des bouteilles et des biberons pouvant contenir du bisphénol A

Des bouteilles et des biberons pouvant contenir du bisphénol A

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Une exposition pendant la grossesse et l'allaitement à de faibles doses de bisphénol A pourrait augmenter chez l'enfant le risque de développer une intolérance alimentaire à l'âge adulte, selon une nouvelle étude parue dans la revue Faseb.

« Nous avons pour la première fois établi un lien entre l'intolérance alimentaire et le bisphénol A (BPA) chez l'animal », a affirmé mardi à l'Agence France-Presse Éric Houdeau, directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique, en France, qui a coordonné l'étude.

Les chercheurs français ont utilisé deux groupes de rates gestantes, dont l'un a reçu une dose quotidienne de BPA, depuis la gestation jusqu'au sevrage des nouveau-nés à 21 jours.

Les rats nés de mères exposées au BPA ont été nourris avec une protéine de blanc d'oeuf à l'âge adulte et ont développé une réaction immunitaire d'intolérance alimentaire, attestée par une inflammation du côlon, contrairement aux rats non exposés du groupe témoin.

« On s'est aperçu que le bisphénol A avait des effets plus puissants sur le système immunitaire de l'animal à cette dose [5 microgrammes (µg) par kg de poids corporel] qu'à la dose de 50 µg/kg de poids corporel », note M. Houdeau.

Pour les chercheurs, ce résultat témoigne de la difficulté de fixer une dose quotidienne tolérable sûre pour le BPA, un antioxydant et plastifiant particulièrement dangereux pour les femmes enceintes.

Ce produit chimique est d'ailleurs interdit dans les biberons depuis 2008 au Canada et depuis janvier 2011 dans l'Union européenne. Le Canada a été le premier pays au monde à classer ce produit comme toxique.

Même si M. Houdeau reconnaît que les résultats obtenus sur le modèle animal ne sont pas toujours faciles à transposer chez l'homme, il estime qu'il permet d'« identifier un danger » qui est ensuite « précisé » par des études épidémiologiques.

Le BPA - présent dans des bouteilles de plastique, des disques compacts, des ustensiles ménagers et à l'intérieur de certaines boîtes de conserve et de canettes – pourrait mener à des cancers et à l'obésité, selon des études.

Le saviez-vous?

Une étude de Santé Canada rendue publique en 2010 rapporte la détection de concentrations urinaires de bisphénol A (BPA) chez 91 % des Canadiens de 6 à 79 ans.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !