•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chrétiens d'Irak : rester ou partir?

Le cardinal et archevêque de Lyon Philippe Barbarin (G) chante avc des chrétiens lors d'une visite en Irak en juillet 2014.

Le cardinal et archevêque de Lyon Philippe Barbarin (G) chante avc des chrétiens lors d'une visite en Irak en juillet 2014.

Photo : MARWAN IBRAHIM/AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, revient d'une visite en Irak, où il a rencontré des chrétiens récemment chassés de Mossoul par les djihadistes. Voici des extraits de l'entrevue de Maxime Coutié avec le cardinal diffusée à Pas de midi sans info.

1. Qu'avez-vous constaté sur le terrain?

« J'ai constaté des horreurs et aussi des merveilles », raconte le cardinal Barbarin. Du côté des horreurs, il rappelle l'ultimatum lancé par les djihadistes aux chrétiens de Mossoul le mois dernier.

« Tout d'un coup, le prétendu calife de Mossoul a dit : "À partir du 18 juillet à 12 h, plus un seul chrétien dans la ville de Mossoul. Les maisons ne sont plus à vous, ce n'est plus votre ville, vous devez être partis". »

Les chrétiens ont fui à la hâte, emportant leurs enfants et leurs biens les plus précieux, explique l'archevêque. Cependant, aux postes de contrôle, à la sortie de la ville, « on a pris la voiture et on les a laissés partir avec le minimum de vêtements et rien rien rien dans les poches, rien du tout ».

Quand vous n'avez plus votre travail, quand vous n'avez plus votre maison, quand vous n'avez plus le droit d'être chez vous, ben évidemment, c'est tragique. C'est une ville où il y avait 30 monastères, je ne sais pas combien de paroisses, 8000 ou 10 000 chrétiens. 

Une citation de : Philippe Barbarin

Le cardinal souligne que pas un seul chrétien n'a perdu la vie, contrairement aux chiites, qui ont été massacrés en grand nombre par les sunnites. « C'est très surprenant. J'ai vu le patriarche leur dire : "Arrêtez de vous plaindre; pour les musulmans chiites, c'est pire que pour vous." »

Chez les Kurdes, ils sont très bien accueillis. Les communautés chrétiennes à Erbil et dans d'autres endroits font tout ce qu'elles peuvent pour les loger, les nourrir, les réconforter. Et dans notre voyage, ils ont senti aussi la prière, la sollicitude, la présence des chrétiens du monde entier.

Une citation de : Philippe Barbarin

2. Qu'avez-vous perçu comme sentiments?

Le cardinal Barbarin a senti de la tristesse et de la révolte chez les chrétiens chassés de chez eux. Par contre, il n'a entendu aucune parole de vengeance.

Il a été touché par l'histoire de ce voisin musulman qui a pris la défense des chrétiens, et qui l'a payé de sa vie. « Comme toujours dans les circonstances tragiques, vous avez des lâches et des traîtres qui profitent de la situation, et aussi des héros et des gens admirables qui prennent votre défense. »

Pour écouter cette entrevue sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

3. Veulent-ils revenir chez eux ou quitter l'Irak?

L'archevêque explique que bien des chrétiens envisagent de quitter le pays. 

« Alors ça, c'est vraiment leur combat maintenant. Tout un groupe que j'ai rencontré chez les Kurdes. Ils me regardent et me disent : "Alors là, on est très bien accueillis par les Kurdes, mais enfin quand même il y a 30 et 40 ans, c'est eux qui nous expulsaient. On est allés à Mossoul. On y a construit notre maison, notre famille, notre travail, on est heureux, tout se passait bien. Et là, on vient de se faire expulser de Mossoul. Les Kurdes nous accueillent très bien aujourd'hui, mais qu'est-ce que ça va être dans 5 ans ou dans 10 ans? Il vaut mieux qu'on parte." »

Le cardinal rapporte que dans une église du village d'Alcoche, au nord de Mossoul, une députée chiite de Bagdad, qui était de passage dans la région, a pressé les chrétiens de rester en Irak en faisant valoir qu'ils étaient chez eux, que tout le monde les respectait, et qu'on avait besoin d'eux pour construire et reconstruire l'Irak.

J'ai entendu un député turkmène, un député kurde, un député sunnite, une dame chiite qui disaient aux chrétiens : "S'il vous plaît, restez!" Mais on comprend qu'ils aient envie de partir, n'est-ce pas?

Une citation de : Phiippe Barbarin
L'avancée des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !