•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le charbon banni à Pékin d'ici 2020

Des policiers près de la Place Tiananmen, un jour de smog, à Pékin.

Des policiers près de la Place Tiananmen, un jour de smog, à Pékin.

Photo : Jason Lee / Reuters

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Pékin annonce qu'à partir de la fin de l'année 2020, la vente et l'usage de charbon seront interdits sur son territoire.

La capitale de la Chine prend ce virage musclé afin de combattre son grave problème de pollution de l'air.

Les autorités environnementales de Pékin ont affiché leur intention sur le site web de la Ville lundi. Elles entendent privilégier l'usage de l'électricité et du gaz naturel, en particulier pour le chauffage.

Selon des vérifications faites par l'agence de nouvelles officielle Xinhua, en 2012, le charbon constituait à lui seul le quart de toute l'énergie consommée dans la capitale chinoise.

Il y a quelque temps, le gouvernement chinois a annoncé l'interdiction de toute nouvelle usine faisant usage de charbon comme source d'énergie dans les villes de Pékin, Shanghai et Guangzhou, de même que dans leur périphérie.

Malgré ces décisions de la Ville de Pékin et du gouvernement, la consommation de charbon devrait continuer d'augmenter en Chine. La combustion du charbon est un facteur très important d'émissions de gaz à effet de serre et a contribué à faire de la Chine un pollueur majeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !