•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vitamine D : 8 questions et réponses

Vitamines

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La vitamine D est essentielle à la santé. Elle contribue à la santé osseuse, aide au bon fonctionnement de nombreux gènes et pourrait même prévenir certains cancers, tout comme le diabète et l'hypertension. Mais comment s'assurer d'en avoir en quantité suffisante dans l'organisme?

Un texte de Yanick VilledieuTwitterCourriel

1. Quelles sont les sources de vitamine D?

On la trouve, mais en quantité généralement insuffisante, dans certains aliments comme :

  • les huiles de foie de poisson;
  • les poissons gras;
  • les produits laitiers;
  • les produits enrichis en vitamine D.

La source naturelle la plus importante est l'exposition au soleil : la peau la synthétise, à partir de dérivés du cholestérol, sous l'effet des rayons UVB. Mais comme l'exposition au soleil est liée au cancer de la peau et qu'il est recommandé d'éviter de s'exposer sans protection, les autorités de la santé recommandent une autre source de vitamine D : les suppléments.

2. Manque-t-on de vitamine D?

Des données récentes de Statistique Canada indiquent que près du tiers des Canadiens manqueraient de vitamine D et que 10 % souffriraient d'une carence. Des données américaines montrent que le niveau moyen de vitamine D chez les adultes a tendance à diminuer.

On calcule ce niveau en mesurant la concentration sanguine d'un dérivé appelé 25-hydroxyvitamine D, ou 25(OH)D, ou encore calcidiol. À noter que la concentration de 25(OH)D est un reflet de la production cutanée de vitamine D et des apports par l'alimentation et par les éventuels suppléments, mais qu'elle ne tient pas compte de la vitamine D emmagasinée dans l'organisme.

3. Qui risque le plus de manquer de vitamine D?

Les personnes âgées, à la peau foncée, qui ne vont pas souvent à l'extérieur ou qui portent des vêtements couvrant la plus grande partie du corps risquent de manquer de la vitamine soleil. Certaines maladies contribuent à une mauvaise absorption de la vitamine D (maladie cœliaque et maladie de Crohn). L'obésité peut aussi être associée à une carence en vitamine D.

4. Combien de vitamine D nous faut-il?

Les apports nutritionnels de référence (ANREF) recommandés par Santé Canada sont de 400 à 800 UI (Nouvelle fenêtre) (unités internationales) par jour, selon l'âge. Ces apports doivent provenir de l'alimentation ou de suppléments, selon Santé Canada.

En effet, écrit l'organisme, « bien qu'on puisse obtenir de la vitamine D à partir des rayons solaires au cours des mois d'été, on ne peut pas compter sur cette source étant donné qu'il est important d'utiliser régulièrement un écran solaire pour prévenir le cancer de la peau ». À noter, donc, que « les valeurs des ANREF ont été calculées de manière à assurer un apport suffisant de vitamine D sans exposition au soleil ».

5. L'exposition au soleil fournit-elle assez de vitamine D?

S'il faut, comme l'avancent certains chercheurs, se protéger en tout temps du soleil pour prévenir le cancer de la peau, il est évident qu'on ne peut pas le considérer comme une source de vitamine D. Mais pour d'autres chercheurs, 5 à 30 minutes d'exposition sans protection au soleil (visage, mains, bras, dos), entre 10 h et 15 h, deux fois par semaine, suffiraient pour la production cutanée voulue.

6. Qu'est-ce qui empêche l'action des UVB sur la peau?

Un couvert nuageux complet diminue grandement la quantité d'UVB qui atteint la peau. De la même façon, l'heure du jour (le matin et la fin de l'après-midi), la saison (l'automne, et surtout l'hiver) et les latitudes nordiques diminuent les UVB. Les fenêtres fermées les bloquent complètement, puisque les UVB ne franchissent pas le verre. Et bien sûr, les crèmes solaires bien appliquées, même celles qui ont un indice de protection très bas, empêchent la production cutanée de vitamine D.

7. Faut-il prendre des suppléments de vitamine D?

Tout dépend des apports naturels en vitamine D provenant de l'alimentation et de la production cutanée. Mais selon le Guide alimentaire canadien, « tous les adultes de plus de 50 ans devraient prendre chaque jour un supplément de 10 microgrammes (400 UI) de vitamine D en plus de suivre le Guide alimentaire canadien ». Pour la Société canadienne du cancer, « les adultes devraient envisager de prendre un supplément de 1000 unités internationales (UI) de vitamine D par jour à l'automne et en hiver ».

8. Les suppléments : comment prendre sa propre décision?

À vous de choisir! La réponse dépend en partie de votre mode de vie et de vos habitudes de plein air. Elle dépend aussi du degré de protection contre le cancer de la peau que vous voulez atteindre. Pour une décision éclairée et pour connaître votre niveau personnel de vitamine D, vous pouvez demander le test sanguin de son marqueur, le 25(OH)D.

Les années lumière au Soleil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !