•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le pétrole des sables bitumineux arrive sur le Saint-Laurent

    Radio-Canada

    Radio-Canada a appris que le pétrole que la compagnie Suncor achemine par train à Sorel-Tracy depuis trois semaines est un produit lourd, non raffiné, issu des sables bitumineux de l'Alberta. Par ailleurs, la pétrolière confirme pour la première fois que les navires sont destinés à l'exportation. L'arrivée de ce pétrole inhabituel au Québec entraîne le renforcement de plusieurs mesures de sécurité.

    Un reportage de Thomas GerbetTwitterCourriel

    Le bruit des freins résonne aux installations de Kildair, au bord du fleuve, à Sorel-Tracy. Comme tous les jours depuis la mi-juillet, une trentaine de wagons arrivent au ralenti pour décharger leur contenu de pétrole.

    « Nous acheminons du pétrole lourd de l'ouest par train jusqu'à la raffinerie de Montréal depuis décembre 2013, mais à Sorel [pour charger les navires], c'est la première fois », confirme la porte-parole de Suncor, Nancy White. 

    Pour l'occasion, Suncor, a remplacé les tristement célèbres DOT-111 par une nouvelle génération de wagons, plus épais et résistants. Quant au Canadien National, il a réduit la vitesse des convois et inspecte deux fois par semaine la voie ferrée qui traverse la Montérégie.

    Ce sont des produits qui ont un degré d'inflammabilité supérieur. Nous devons faire d'autres démarches, au niveau de la protection des étincelles, par exemple.

    Daniel Morin, PDG de Kildair

    La compagnie Kildair, qui stocke le pétrole avant de le charger sur des navires, a également renouvelé ses équipements de sécurité et ses infrastructures. « Le pétrole brut, pour nous, c'est une nouvelle commodité », explique le PDG Daniel Morin, qui fait des affaires depuis déjà depuis plusieurs années dans le domaine du mazout ou du bitume. « La soupe aux légumes, tout le monde sait à quoi ça ressemble, mais celle du restaurant du coin est différente de l'autre restaurant ».

    Kildair a placé des gicleurs tous les 40 mètres, le long des rails, et s'est équipée d'un wagon spécial d'intervention en cas d'incendie, en partenariat avec la Ville de Sorel-Tracy. Un protocole est en cours de préparation pour offrir une assistance à d'autres municipalités de la Montérégie en cas d'incident.

    « On comprend très bien l'inquiétude des gens, à la suite de l'incident de Lac-Mégantic », dit le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. « Mais le projet d'entreposage du pétrole chez Kildair, ça fait déjà un an et demi que nos équipes d'intervention d'urgence y travaillent. À Sorel-Tracy, ville d'industrie lourde, la gestion du risque, ça fait partie de notre culture. »

    Sur la voie maritime du Saint-Laurent et ailleurs, on n'a pas connu de grand accident. Il y a quand même toutes les normes, de Transports Canada et tout ça. À eux aussi d'être vigilants. Et si chacun fait son travail, sur son territoire, la sécurité ne s'en portera que mieux

    Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy

    Suncor et Kildair n'ont pas eu besoin de passer par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement pour faire transiter le pétrole albertain par Sorel-Tracy. « Il a été déterminé avec les autorités gouvernementales qu'il n'y avait pas de nécessité de faire [des audiences publiques]. On a travaillé avec le ministère de l'Environnement et la Régie du bâtiment pour avoir tous les permis requis », explique le PDG de Kildair, Daniel Morin. 

    Le ministère de l'Environnement explique qu'il n'y a des audiences publiques que pour l'implantation d'un installation. Or, dans ce cas, Kildair réutilise des réservoirs qui existaient déjà. La compagnie n'avait donc besoin que d'un certificat d'autorisation, qu'elle a obtenu en décembre 2013 après avoir démontré que les mesures de sécurité avaient été renforcées.

    Environnement

    En cas de déversement, le pétrole lourd issu des sables bitumineux serait encore plus dommageable pour le Saint-Laurent que du pétrole léger comme à Lac-Mégantic. « Les résidus bitumineux sont beaucoup plus récalcitrants, beaucoup plus difficiles à éliminer du milieu naturel et beaucoup plus toxiques », explique Émilien Pelletier, professeur spécialisé en chimie et écotoxicologie à l'Institut des sciences de la mer de Rimouski. Il explique que le pétrole lourd est susceptible de couler plus rapidement au fond de l'eau et est moins vite dégradé par les bactéries que du pétrole de schiste, par exemple.

    Réservoirs de pétrole aux installations de Kildair à Sorel-TracyLe pétrole des sables bitumineux est stocké dans des réservoirs de 30 millions de litres. Eux aussi ont été renforcés et mieux isolés. Photo : Thomas Gerbet

    Commerce international

    L'entente entre Kildair et Suncor relative au chargement des bateaux courra sur plusieurs années. « Kildair nous offre plus d'options de transport et un meilleur accès au marché », précise la porte-parole de la pétrolière, Nancy White. Elle explique que les bateaux qui quitteront Sorel au rythme d'un ou deux par mois dès la mi-septembre seront destinés à des raffineries nord-américaines.

    D'autres destinations sont envisagées, mais Suncor ne veut pas donner de détails stratégiques. En revanche, la pétrolière se donne l'option d'alimenter également sa raffinerie de Montréal en passant par Sorel. Pourquoi ce détour? Selon nos informations, ce serait parce que les capacités de stockage de Montréal sont plus limitées qu'à Sorel-Tracy.

    Avec les plans en Alberta de continuer à faire croître la production de pétrole, la difficulté des projets de pipeline de se faire approuver, et la présence de plusieurs ports au Québec, il y aura plus de transport de pétrole des sables bitumineux au Québec.

    Pierre-Olivier Pineau, professeur spécialiste des politiques énergétiques, HEC Montréal

    Des écologistes inquiets

    « C'est scandaleux, ce projet n'a fait l'objet d'aucune consultation publique, tout s'est fait derrière des portes closes », a dénoncé dans un communiqué Steven Guilbeault, directeur principal chez Équiterre, en réaction à notre reportage.

    Ce projet doit faire l'objet d'un BAPE et nous demandons au ministre Heurtel de surseoir aux permis accordés et de procéder à un examen approfondi ainsi qu'à des consultations publiques de ce projet.

    Steven Guilbeault, directeur principal chez Équiterre

    Équiterre rappelle que « le pétrole issu des sables bitumineux est un pétrole lourd qui coule lorsqu'il entre en contact avec l'eau », contrairement au pétrole léger qui a tendance à flotter ».

    « Un déversement de pétrole des sables bitumineux survenu au Michigan en 2010 dans une municipalité de 7400 habitants a causé des dommages de plus d'un milliard de dollars. Quatre ans après l'incident, la compagnie n'a toujours pas réussi à nettoyer le pétrole déversé. Imaginez l'impact sur l'écosystème du fleuve Saint-Laurent! », ajoute M. Guilbeault.

    De son côté, la Fondation David Suzuki estime que « cette nouvelle suscite de vives inquiétudes pour la Fondation puisqu'elle pourrait être le prélude à des exportations massives de pétrole lourd sur le fleuve Saint-Laurent, source d'eau potable pour 43 % des Québécois ».

    « Il est déplorable que le ministère de l'Environnement ait autorisé l'exportation de pétrole lourd sur le fleuve sans que la population n'en soit informée et sans évaluation environnementale puisque ce projet comporte des risques pour l'environnement et la santé humaine », a affirmé dans un communiqué le directeur de la Fondation au Québec, Karel Mayrand.

    Suite à la tragédie de Lac-Mégantic, les Québécoises et les Québécois sont en droit d'être informés et consultés sur toute question touchant le transport de pétrole en sol québécois.

    Karel Mayrand, directeur de la Fondation David Suzuki au Québec

    Économie