•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régimes de retraite : le maire de Lévis soutient la position de l'UMQ 

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, affirme qu'il est solidaire avec la position établie par l'Union des municipalités quant au projet de loi sur les régimes de retraite et nie faire partie d'un groupe de six maires qui appuient les syndicats dans leur opposition.

Le quotidien Le Soleil rapporte ce matin que les maires de Lévis, Gatineau, Trois-Rivières, Laval, Terrebonne et Longueuil se joignent aux syndicats et dénoncent le projet de loi 3 sur les régimes de retraite qui préconise une approche uniforme sans tenir compte des réalités propres à chacune des villes.

Gilles Lehouillier se dit étonné d'être associé à ce groupe.

« J'ai appris en même temps que vous que je faisais partie des six maires, ce qui est complètement faux », dit-il.

Le maire de Lévis dit soutenir la position en cinq points défendue par l'UMQ. Il affirme que cette dernière fait d'ailleurs consensus parmi les membres de l'Union.

« Le partage 50-50, le fonds de stabilisation, la limite à 18 %, la protection des régimes de retraite des gens, la mise en veilleuse de l'indexation s'il y a lieu, c'est les 5 points majeurs sur lesquels on s'est toujours entendus », fait valoir le maire.

Le maire de Lévis croit par ailleurs que les propos du maire de Trois-Rivières, qui a accusé jeudi Régis Labeaume d'être responsable des relations tendues entre les Villes et leurs syndicats, ne reflètent pas la réalité.

« Actuellement, les maires de Montréal et de Québec, quant à moi, ont été plutôt rassembleurs dans les derniers mois autour du consensus qu'on a développé et moi, je n'ai jamais senti de leur part une pression indue au niveau des maires, quant à moi c'est de la foutaise », déclare Gilles Lehouillier.

Il admet toutefois que les maires peuvent avoir des approches différentes en ce qui a trait à la manière de gérer les négociations avec les syndicats.

Rappelons que le projet de loi 3 déposé en juin pose des balises pour les discussions à venir sur le partage des coûts et des déficits des régimes de retraite des employés municipaux.

Le projet de loi fera l'objet d'une commission parlementaire ce mois-ci.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !