•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Lisi : Rob Ford pourrait devoir témoigner

Montage photo du maire de Toronto, Rob Ford (à gauche), et de son ami et chauffeur occasionnel Alessandro Lisi

Montage photo du maire de Toronto, Rob Ford (à gauche), et de son ami et chauffeur occasionnel Alessandro Lisi

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Toronto, Rob Ford, devrait être prochainement assigné à témoigner à l'enquête préliminaire sur l'affaire d'extorsion d'Alessandro Lisi.

Les policiers allèguent que l'ami et chauffeur occasionnel de Rob Ford a fait des menaces pour récupérer une vidéo sur laquelle on pourrait voir le maire en train de fumer du crack.

Une rencontre était prévue hier pour que les policiers remettent l'assignation à témoigner au maire, mais elle a été annulée lorsque les médias en ont eu connaissance.

Rob Ford avait refusé d'être interrogé par la police en novembre dernier au moment de l'arrestation d'Alessandro Lisi.

Le maire avait aussi pris la défense de l'accusé lorsque ce dernier avait été arrêté quelques semaines plus tôt pour trafic de marijuana. M. Ford avait qualifié l'homme de 35 ans de « droit et honnête ». Depuis son retour de cure de désintoxication fin juin, le maire a cependant dit vouloir mettre fin à sa relation avec Alessandro Lisi.

Rob Ford ne sera peut-être plus le maire de Toronto lors de l'enquête préliminaire qui doit commencer le 2 mars. Il pourrait, en effet, être battu lors des élections municipales le 27 octobre prochain.

À la barre des témoins, Rob Ford, sera sous serment et pourra être accusé de parjure s'il ne répond pas honnêtement aux questions.

Selon le criminologue, Caolan Moore, le maire sera obligé de comparaître et il ne pourra invoquer une immunité dans l'éventualité de sa réélection. « C'est juste que vous avez quelque chose de substantiel à dire sur l'affaire et que lui comme tout le monde doit dire la vérité, sinon il est susceptible d'être accusé de parjure, il y a une peine maximale de 14 ans ».

Rob Ford pourrait toutefois contester, devant les tribunaux, toute assignation en prouvant que ce qu'il a à dire aux policiers n'a rien d'incriminant pour Alessandro Lisi. Il ne risque toutefois pas de s'auto-incriminer en témoignant contre son ami, selon l'avocat en droit municipal, Ian Flett : « au Canada, tout ce qu'on dit dans un procès ne peut pas être utilisé contre nous dans un autre procès, mais en même temps, le danger, c'est que la police pourrait utiliser cette information et si c'est confirmé, ils pourraient essayer de trouver l'information d'une autre manière et ça, c'est utilisable ».

Le témoignage de Rob Ford ne pourra être rendu public puisque l'enquête préliminaire est frappée d'un interdit de publication. L'avocat Clayton Ruby affirme que le maire s'en est très bien sorti jusqu'à présent. « La police aurait pu l'arrêter dans la dernière année lorsqu'elle a pris sa voiture en filature après un rendez-vous nocturne avec Alessandro Lisi dans un stationnement de la ville, dit-il, mais le chef Bill Blair ne l'a pas fait pour des raisons que nous ignorons ».

Une revanche selon son frère

Le frère du maire, le conseiller municipal Doug Ford, croit que le service de police de la ville cherche à se venger de Rob Ford. « C'est une revanche », a dit Doug Ford, qui est aussi le directeur de campagne de son frère.

« Vous vous demandez pourquoi nous avons besoin d'un changement à la tête? C'est pour ça qu'on a besoin d'un changement à la tête », a-t-il ajouté, faisant référence au chef Bill Blair, dont le contrat ne sera pas renouvelé.

Doug Ford a affirmé que la police a parlé aux médias avant de faire part de l'assignation au maire. Il a ironiquement suggéré que la police embauche le Toronto Star pour remettre l'assignation à Rob Ford.

Le frère du maire a aussi dit que Bill Blair « tolère l'attitude de son service ».

Bill Blair prêt à poursuivre Doug Ford

Le Globe and Mail écrit cet après-midi que le chef de la police de Toronto serait prêt à intenter une poursuite contre Doug Ford. Selon le journal, Bill Blair estime que le conseiller municipal ment lorsqu'il suggère que la fuite aux médias concernant l'assignation de Rob Ford était « une revanche » de la police qui venait d'en haut. « Doug Ford ment et je suis prêt à aller en justice », a dit Bill Blair au Globe and Mail par l'intermédiaire de son porte-parole, Mark Pugash, lorsque les commentaires de Doug Ford lui ont été montrés.

Par ailleurs, le maire Rob Ford a refusé de répondre à toute question cet après-midi au sujet de la décision de la police de l'assigner, en se limitant à dire que ça n'a pas encore été fait et que ce n'est pas de la nouvelle.

Rob Ford dans la tourmente

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario