•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Balle-molle : recrutement difficile

Les ligues de balle-molle connaissent un déclin au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les ligues de balle-molle connaissent un déclin au Saguenay-Lac-Saint-Jean, alors que les belles années de ce sport se situent entre 1960 et 2000.

Plusieurs municipalités de la région avaient leur propre ligue et le nombre d'adeptes se comptait par centaine. Mais depuis une quinzaine d'années, les ligues ont de la difficulté à recruter de nouveaux joueurs.

L'une des dernières ligues de balle-molle se trouve à Laterrière. L'âge des joueurs varie entre 20 et 50 ans.

Loin de jeter l'éponge, les dirigeants de la ligue préfèrent encore miser sur un noyau avec six équipes stables et conserver un bon calibre de jeu.

« On travaille fort pour qu'il y ait des jeunes, affirme le trésorier de la Ligue de balle-molle de Laterrière Dany Turcotte. On a des jeunes joueurs dans notre ligue d'une vingtaine d'années et on espère qu'ils vont poursuivre la tradition parce qu'on considère que c'est un beau compromis une fois que le baseball est terminé, la balle-molle. »

Avec sa grosse balle, beaucoup de personnes confondent la balle-molle, la balle lente et la balle-donnée. La balle-molle se distingue au niveau du lanceur. Avec une motion rapide qui doit obligatoirement rester sous les épaules, les lanceurs peuvent atteindre des vitesses de 95 kilomètres à l'heure dans une trajectoire ascendante ce qui rend la tâche difficile pour les frappeurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !