•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq artistes vétérans que vous ne devez pas manquer au festival Osheaga

Nick Cave
Nick Cave Photo: Kevin Winter/GI
Radio-Canada

Le festival Osheaga aura lieu à Montréal de vendredi à dimanche au parc Jean-Drapeau. Plus d'une centaine d'artistes présenteront leurs chansons aux mélomanes.

Les artistes de la scène actuelle sont évidemment mis de l'avant au festival. Mais certains vétérans vont également se produire à Osheaga. En voici cinq incontournables.


Nick Cave and The Bad Seeds

Les histoires sinistres (meurtre, références bibliques, amour passionnel) du chanteur australien Nick Cave, entouré de ses musiciens, The Bad Seeds, parcourent les ondes et les scènes du monde depuis 1984, année de la parution de l'album From her to eternity.

Avant de fonder The Bad Seeds avec Mick Harvey et Blixa Bargeld, Nick Cave a peaufiné son art au sein du groupe The Birthday Party.

En début de carrière, soit jusqu'en 1988, le son de Nick Cave and The Bad Seeds variait entre le rock alternatif et le punk. Dès Dig, Lazarus, dig!!!, le rock garage, le rock gothique et le blues ont été ajoutés au son du groupe.

(Source : YouTube/emimusic)

Notons que les sœurs Kate et Anna McGarrigle ont chanté sur l'album No more shall we part en 2001.

Nick Cave sera au Centre Phi de Montréal vendredi pour la projection du film 20,000 days on Earth. Il est en vedette dans ce film qui mêle la fiction et la réalité. Avant la projection, le chanteur donnera une rare prestation solo au piano pour interpréter des chansons puisées dans son répertoire.


Outkast
Cet été, Outkast parcourt les festivals nord-américains, dont Osheaga.

OutkastOutkast Photo : GI / Philipp Schmidli/GI

Il s'agit d'un retour pour le duo d'Atlanta depuis sa séparation (ou la suspension de ses activités) en 2007, même si Outkast n'a pas créé de nouvel album.

Le duo créateur de hip-hop mâtiné de funk, de soul et de RnB a connu le succès avec son premier album, Southernplayalisticadillacmuzik, en 1994.

Les albums subséquents, ATLiens, Aquemini, Stankonia (qui comprend le succès Ms. Jackson) allaient confirmer le talent et l'importance dans l'industrie musicale de Dré et de Big Boi.

La consécration est arrivée en 2003 avec l'album Speakerboxx/The love below. Entre autres grâce au succès Hey ya!, Outkast a remporté le Grammy de l'album de l'année en 2004.

(Source : YouTube/OutkastVEVO)

Avant de prendre une pause en 2007, le duo a réalisé le disque Idlewild en 2006.


The Replacements

Dès 1981 avec l'album Sorry ma, forgot to take out the trash, la bande formée de Paul Westerberg, de Tommy Stinson, de Bob Stinson et de Chris Mars s'est fait remarquer avec ses mélodies accrocheuses sous un fond sonore punk.

The ReplacementsThe Replacements Photo : Frazer Harrison/Getty Images for Coachella

Ces musiciens sont considérés comme des piliers de la scène indépendante américaine.

(Source : YouTube/Warner Bros Records)

Sans connaître le succès commercial, The Replacements a tout de même pavé la voie à des groupes comme The Pixies et Sonic Youth. Il s'est séparé en 1991, juste avant l'explosion du rock alternatif américain avec le succès de Soundgarden, de Nirvana et de Sonic Youth.


Modest Mouse

Ce groupe d'indie rock américain évolue depuis 1993 et a marqué les décennies 90 et 2000.

Modest Mouse en 2004.Modest Mouse en 2004. Photo : GI / Frazer Harrison/GI

Avec les groupes Death Cab for Cutie et The Shins, Modest Mouse, mené par le chanteur Isaac Brock, fait partie de la scène indie rock américaine du nord-ouest des États-Unis, dont l'État de Washington, d'où il provient.

Modest Mouse a marqué les esprits en 2004 avec l'album Good news for people who love bad news, vendu à plus de 1 million de copies grâce au succès Float on.

(Source : YouTube/MODESTMOUSEVEVO)

En 2007, l'album We were dead before the ship even sank s'est également hissé dans les premières places des palmarès musicaux. Sur ce disque, le groupe a collaboré avec Johnny Marr, l'ex-guitariste des légendaires Smiths.


Laurent Garnier

Le DJ français Laurent Garnier est un des précurseurs de la scène électronique française, la célèbre French touch.

Laurent GarnierLaurent Garnier Photo : JEFF PACHOUD/AFP/Getty Images

C'est à Manchester en 1986 qu'il a découvert la scène house anglaise et qu'il est devenu DJ. En 1988, un séjour à New York le met en contact avec la scène house américaine, dont celle du DJ Frankie Knuckles, décédé le 31 mars dernier.

De retour à Paris, il attire de plus en plus les amateurs de musique techno et de house dans les clubs branchés au cours des années 90.

En 1994, le DJ de plus en plus considéré comme un musicien sort son premier album, Shot in the dark. Le disque est un succès pour la scène électronique puisqu'il s'écoule à 70 000 exemplaires dans une vingtaine de pays.

(Source : YouTube/fcommunications)

La consécration survient en 1998 lorsqu'il met la main sur le prix Victoire de la musique du meilleur album français de dance.

Avec Lastfm, Rolling Stone, Artist direct, BBC Music, RFI Musique

Musique

Arts