•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français, langue officielle du Québec depuis 40 ans

Le reportage de Julien Lafille

Il y a exactement 40 ans, le 31 juillet 1974, le français devenait la seule langue officielle du Québec. Après des années de débats agités sur la question de la langue, le gouvernement libéral de Robert Bourassa fait adopter le projet de loi 22, qui allait ouvrir la voie à la loi 101.

Un texte de Julien LafilleTwitterCourriel

Dans les années 1960, le débat sur la langue fait rage au Québec. Alors que les anglophones veulent préserver leurs droits, de plus en plus de voix s'élèvent chez les francophones pour réclamer une meilleure protection de la langue française, notamment par la francisation des immigrants.

Les années 1960 ont été des années de changements importants au Québec, comme un peu partout dans le monde. Ici, on a pris conscience de certaines lacunes au niveau de la protection de la langue française.

Jean-Pierre Le Blanc, porte-parole de l'Office québécois de la langue française

En 1969, le gouvernement de l'Union nationale dirigé par Jean-Jacques Bertrand fait adopter le projet de loi 63, qui deviendra la Loi pour promouvoir la langue française au Québec.

Cette loi permet toutefois aux parents d'envoyer leurs enfants dans l'école de leur choix : francophone ou anglophone. Le chemin est alors tracé pour une défaite électorale majeure des unionistes.

Bourassa entre l'arbre et l'écorce

Aux élections générales du 29 avril 1970, les libéraux de Robert Bourassa remportent 75 des 108 sièges de l'Assemblée nationale. Ils ont alors le mandat de déposer un projet de loi pour mieux protéger le français.

En 1974, malgré l'opposition persistante des communautés anglophone et italienne, Robert Bourassa fait adopter le projet de loi 22. Cette mesure législative sera aussi en partie responsable de sa défaite électorale deux ans plus tard.

Mais la première loi sur la langue officielle du Québec est loin de plaire à tous les francophones. Les souverainistes, notamment, trouvent que la loi ne va pas assez loin, qu'elle manque de mordant.

Déclaration de Robert Bourassa en juillet 1974

« C'est après 200 ans d'ambiguïté que le gouvernement québécois, que mon gouvernement, a décidé d'exprimer son intention de faire du français la langue officielle. Si aucun gouvernement avant le mien n'avait décidé de le faire, c'est que le problème n'est certainement pas facile. Mais je crois qu'il était temps, dans le contexte où nous vivons en Amérique du Nord, avec le développement des communications, avec une certaine dénatalité qui réduit la proportion des francophones au Canada, je crois qu'il était temps pour un gouvernement responsable, même si le geste peut causer certains problèmes pratiques et immédiats et peut causer une certaine inquiétude chez les minorités au Québec, il était tout à fait légitime pour le gouvernement que je dirige, d'énoncer ainsi son intention de faire du français la seule langue officielle. »

Pour l'Office québécois de la langue française, la loi 22 constitue un jalon important de l'histoire, puisqu'elle est venue jeter les bases de la Charte de la langue française - loi 101 - adoptée trois ans plus tard sous le gouvernement péquiste de René Lévesque.

C'est devenu la langue de l'administration publique. On a parlé aussi de la langue d'enseignement. Ça faisait aussi en sorte que dans les entreprises, c'était la langue du travail. Donc il y avait plusieurs chapitres importants dans cette loi-là qui sont venus changer beaucoup de choses au Québec.

Jean-Pierre Le Blanc, porte-parole de l'Office québécois de la langue française

40 ans plus tard, le débat se poursuit

Tout comme en 1974, plusieurs estiment que les gouvernements ne vont toujours pas assez loin pour protéger le français.

La syndicaliste Lucie Martineau, membre du groupe Partenaires pour un Québec français, reconnaît que beaucoup de progrès ont été accomplis depuis la loi 22, mais elle reste sur sa faim.

On s'est rendu compte avec les années qu'on est en train de colmater des brèches, même dans la Charte de la langue française, ce qui fait en sorte que plus ça va, plus on perd le contrôle de la protection de notre langue au Québec.

Lucie Martineau, membre du groupe Partenaires pour un Québec français

Si elle attribue un certain mérite aux libéraux de Robert Bourassa, Lucie Martineau reproche à l'actuel gouvernement libéral un manque de fermeté. « D'après ce que j'ai vu depuis l'élection, depuis avril dernier, je pense que c'est un parti qui va viser que le Québec soit bilingue, et ne protégera pas sa langue », dit-elle.

Après l'échec du gouvernement Marois de faire adopter le projet de loi 14 pour renforcer la Charte de la langue française, le gouvernement Couillard tente une approche moins contraignante.

Les libéraux souhaitent des actions ciblées pour faire appliquer la Charte, notamment pour favoriser la francisation des entreprises.

La ministre responsable de la protection et de la promotion de la langue française, Hélène David, prévoit aussi faire une tournée des ministères et des organismes pour s'assurer que les politiques linguistiques sont respectées.

« La loi 22 a été la première brique dans cet édifice formidable du français au Québec, alors sachons célébrer, et sachons être fiers de cette magnifique langue [...] Il faut toujours être vigilant, nous avons les outils, mais il faut vraiment s'assurer qu'ils sont très très bien appliqués », souligne Hélène David.

Tout comme Robert Bourassa il y a 40 ans, le gouvernement Couillard répète aujourd'hui que les souverainistes n'ont pas le monopole de la défense du français. Et il entend le rappeler tout au long de l'année à travers une série d'événements pour souligner l'adoption de la loi 22.

Mais il n'envisage pas pour autant de réforme pour renforcer la Charte de la langue française.

Politique