•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le contrat du chef de police de Toronto n'est pas renouvelé

Le chef de la police de Toronto, Bill Blair
Le chef de la police de Toronto, Bill Blair Photo: La Presse canadienne / Nathan Denette
Radio-Canada

Le corps policier de Toronto a besoin de « renouveau » affirme la Commission des services de police, qui a décidé de ne pas accorder un troisième mandat à Bill Blair.

M. Blair a croisé le fer avec le maire relativement à l'enquête à son sujet notamment.

Mais Rob Ford a nié être responsable de son départ, se contentant de remercier le chef de police pour son travail.

La décision a été prise exclusivement par la Commission des services de police.

Rob Ford, maire de Toronto

Alok Mukherjee, le président de la Commission des services de police, qui est formée de conseillers municipaux et de citoyens, dit que l'organisation en est venue à sa conclusion ce matin après « en avoir longuement discuté ». Toutefois, les commissaires ont rendu leur décision en moins d'une semaine, alors qu'ils avaient 30 jours pour trancher.

M. Mukherjee nie que les critiques à l'endroit du chef Blair de la part du maire et de son frère, qui demandait sa tête, ont influencé la décision de la Commission. 

Le chef Blair, qui est en poste depuis 2005, demeurera à la tête du corps policier jusqu'à la fin de son contrat en avril 2015.

Le président de la Commission des services de police Alok MukherjeeLe président de la Commission des services de police Alok Mukherjee Photo : Jean-Philippe Nadeau

Un nouveau chef doit être recruté d'ici là.

M. Blair pourrait aussi céder sa place avant la fin de son contrat, a laissé entendre M. Mukherjee.

M. Blair n'a pas de commentaires, a indiqué son porte-parole Mark Pugash, qui a affirmé que le chef « remercie la Commission de son attention ».

Chef critiqué 

Au moins un membre de la Commission, le conseiller municipal et allié du maire Michael Thompson, s'était opposé publiquement dans le passé au renouvellement du contrat du chef Blair.

Pour sa part, le conseiller Joe Mihevc, un critique fréquent de Rob Ford, croit que « deux mandats, c'est assez ».

D'autres conseillers, toutefois, s'attristent du départ de M. Blair.

L'avocat et militant Selwyn Pieters avait affirmé la semaine dernière qu'il serait souhaitable d'avoir du sang neuf, comme « une femme ou une personne de minorité ethnique ». En revanche, le président de l'Association des policiers Mike McCormack soutenait qu'un nouveau chef « pourrait être pire que Blair ».

De son côté, l'ancien commissaire de la Police provincial Chris Lewis craint que le fait que le successeur du chef Blair ne doit être nommé qu'en avril prochain ne mène à « des mois d'incertitude ».

M. Blair gagnait un peu plus de 330 000 $ en salaire et en avantages sociaux.

Ontario

Affaires municipales