•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves Bolduc remboursera 27 000 $ à la RAMQ

Pendant les 18 mois où il a été dans l'opposition, le député Yves Bolduc consacrait 20 à 30 heures par semaine à son travail de médecin.

Photo : PC/Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le ministre québécois de l'Éducation, Yves Bolduc, remboursera 27 072 $ que lui réclame la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), et versera 28 000 $ à deux organismes de charité.

Il y a 19 mois, le ministre a perçu des primes incitatives de 215 000 $ pour avoir pris en charge 1500 patients en attente d'un médecin de famille alors qu'il était député dans l'opposition. Plusieurs voix ont réclamé qu'il rembourse cette somme.

Dans une analyse remise au ministre mardi, la RAMQ lui réclame 50 % des primes qu'il a perçues pour les patients qu'il n'a pas suivis pendant la période minimale de 12 mois incluse dans l'entente avec les médecins de famille. Le résultat des vérifications révèle qu'entre le 23 avril 2013 et le 23 avril 2014, M. Bolduc a inscrit environ 400 nouveaux patients pour lesquels il a reçu un montant de 54 145 $.

Dans un communiqué, le ministre se dit « désolé du débat qu'a soulevé » cette affaire. « Je suis très malheureux que cette situation ait pris la tournure d'une controverse, alors que mon seul objectif était de bien servir mes patients tout en étant un député dévoué », poursuit-il.

Yves Bolduc avait demandé une analyse accélérée à la RAMQ. Il avait également déjà affirmé qu'il rembourserait les sommes qui lui seraient réclamées (Nouvelle fenêtre) en plus de verser une somme équivalente à un organisme de bienfaisance, sans réclamer les crédits d'impôt normalement associés à de tels dons.

Les organismes la Fondation Cap Diamant et l'Association des grands brûlés F.L.A.M se partageront les 28 000 $.

Ce n'est pas assez, dit l'opposition

Certains membres de l'opposition estiment néanmoins que le ministre devrait démissionner s'il ne rembourse pas la totalité des 215 000 $ en primes perçues. « La vérité c'est qu'il doit rembourser la totalité [de la somme]. C'est la totalité des patients qu'il a pris en charge qui a été flouée, et donc c'est la totalité du montant qui doit être remboursée », a affirmé le député caquiste de La Peltrie Éric Caire.

« Yves Bolduc ne peut pas s'acheter une conscience en donnant à un organisme de charité, [il] ne peut pas se refaire une éthique qu'il a perdue par ce geste-là. Donc, la seule chose à faire pour lui dans ces circonstances, ce serait de démissionner », poursuit-il.

Diane Lamarre, députée péquiste de Taillon, abonde dans le même sens. « Il faut que toutes les primes soient remboursées. Alors, il reste encore 160 000 $ à rembourser et dans le cas contraire, on demande qu'il démissionne », dit-elle.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a affirmé que M. Bolduc n'avait pas à rembourser la somme de 215 000 $, puisque les règles de la RAMQ fixent à 12 mois la durée minimale de prise en charge pour bénéficier de l'incitatif.

Le premier ministre Philippe Couillard a quant à lui estimé qu'« à la lumière » de la controverse provoquée par Yves Bolduc, il fallait revoir les critères pour le versement du programme de primes.

Politique