•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington accuse la Russie d'avoir violé un traité nucléaire

Un missile Buk M2, en Russie, en 2010.

Un missile Buk M2, en Russie, en 2010.

Photo : Mikhail Metzel

Associated Press

L'administration Obama a accusé lundi la Russie d'avoir violé le traité de 1987 sur les missiles nucléaires en menant des tests, une violation qu'elle a qualifiée de « très grave ».

Cette accusation survient alors que les relations entre les deux pays sont tendues en raison de l'Intervention russe en Ukraine et la décision de Moscou d'accorder l'asile politique à Edward Snowden.

Le président Barack Obama a envoyé une lettre à son homologue russe, Vladimir Poutine, lundi, a indiqué un haut responsable de la Maison-Blanche. L'accusation américaine figurera dans le rapport annuel du Département d'État sur le respect des traités sur le contrôle des armes qui sera publié mardi.

Selon les États-Unis, la Russie a testé un nouveau missile de croisière sol-sol, violant ainsi le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire signé par Ronald Reagan et Mikhail Gorbatchev.

Parlant sous le couvert de l'anonymat, le responsable américain a dit que les États-Unis étaient prêts à avoir des discussions de haut niveau sur cette question dans le but de « s'assurer que la Russie reviendra au respect des obligations imposées par le traité ».

Par le passé, les États-Unis soulevaient la question par les canaux diplomatiques, mais ne lançaient jamais publiquement d'accusations. Les dirigeants russes disent avoir examiné les accusations et considèrent la question comme close. Le New York Time a été le premier média à dévoiler les allégations américaines.

Les États-Unis semblent augmenter la pression sur la Russie en tentant de l'isoler encore plus sur la scène internationale. L'Union européenne et les États-Unis envisagent d'imposer de nouvelles sanctions contre Moscou, car ils croient que les Russes continuent d'aider les rebelles en Ukraine.

Le Congrès exerçait des pressions sur la Maison-Blanche pour qu'elle confronte publiquement la Russie sur les violations du traité qui interdit missiles de croisière et missiles balistiques lancés depuis le sol et ayant une portée se situant entre 500 et 5500 km.

International