•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles sanctions occidentales contre la Russie

Le président russe Vladimir Poutine
Le président russe Vladimir Poutine Photo: Getty Images / MIKHAIL KLIMENTYEV
Radio-Canada

Paris, Londres, Washington, Berlin et Rome entendent imposer de nouvelles sanctions d’envergure contre Moscou relativement à la situation en Ukraine, indique la présidence française, lundi.

Les dirigeants occidentaux reprochent à la Russie de ne pas avoir fait pression sur les séparatistes prorusses pour les amener à négocier. Ils lui en veulent également de ne pas avoir fait assez pour « assurer le contrôle de la frontière russo-ukrainienne », précise le communiqué de l’Élysée.

La catastrophe du Boeing de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine le 17 juillet a changé la donne, selon Berlin, qui vise désormais des secteurs entiers de l'économie russe. Il s’agit du niveau de sanctions le plus élevé envisagé par l'UE depuis le début de la crise ukrainienne.

À Bruxelles, les ambassadeurs européens débattent déjà depuis vendredi des sanctions à imposer à la Russie. Ils ont d’abord suspendu des négociations sur les investissements après l'annexion de la Crimée avant de geler les avoirs et dressé une liste noire de près de 90 personnalités russes et ukrainiennes.

La mise en garde du FMI

Mais ces sanctions ne seront pas sans conséquences si le gouvernement russe répliquait par des mesures de représailles, prévient le Fonds monétaire international (FMI). Cela pourrait avoir des répercussions sur les pays en Europe centrale et orientale, notamment ceux qui ont des liens commerciaux « très actifs et très directs » avec la Russie, précise le FMI.

Se voulant rassurant, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, estime que les sanctions devraient avoir « des retombées importantes sur l'économie russe et affecter modérément les économies européennes ».

Le 23 juillet, un conseiller du Kremlin faisait état d’une croissance du produit intérieur brut d'environ 1 % prévue cette année malgré les sanctions.

Les importations russes dans l'UE ont été estimées à 207 milliards d'euros et les exportations, à 120 milliards pour l’année 2013, selon la Commission européenne.

International