•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canada-UE : Berlin n'a pas arrêté sa décision

Un cheval de Troie géant arborant les drapeaux de l'Union européenne et du Canada avait été érigé à Toronto par des activistes pour protester contre l'accord de libre-échange, le 4 novembre dernier

Un cheval de Troie géant arborant les drapeaux de l'Union européenne et du Canada avait été érigé à Toronto par des activistes pour protester contre l'accord de libre-échange, en novembre dernier

Photo : Mark Blinch / Reuters

Radio-Canada

Berlin en est encore à étudier « minutieusement » l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (UE), a déclaré lundi le ministère allemand de l'Économie, nuançant ainsi le rejet allemand rapporté en fin de semaine.

« Les négociations sont en cours, nous n'avons pas encore de texte [officiel] », a précisé le porte-parole du ministère.

L'Allemagne fait partie des 28 pays européens qui doivent se pencher sur l'accord pour décider s'ils l'appuient ou non. La chambre haute et la chambre basse du Parlement allemand devront toutes deux se prononcer.

Samedi, le quotidien allemand de centre-gauche Süddeutsche Zeitung révélait que Berlin avait l'intention de rejeter l'accord tel qu'il est actuellement, rapportant les propos de diplomates s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Selon le journal, l'Allemagne s'opposerait à des clauses sur la protection légale des entreprises qui permettraient aux investisseurs de contourner les lois qui sont en vigueur au pays.

« Abasourdi » par ces informations, le porte-parole du ministère allemand affirme qu'elles « ne reflètent pas la position du gouvernement ».

Lundi après-midi, l'ambassadeur allemand au Canada a réitéré l'importance d'un tel traité pour Berlin et l'Europe tout en rappelant la complexité de cet accord économique et commercial global.

L'accord de libre-échange entre le Canada et l'Europe est vu par plusieurs diplomates comme un prélude à un accord semblable entre les États-Unis et l'Europe. Un échec du premier serait de mauvais augure pour le second.

Texte final pour bientôt?

Des sources indiquent à Radio-Canada que les négociateurs en chef de l'Union européenne et du Canada pourraient parapher le texte final de l'accord d'ici les prochains jours avant qu'il ne soit révisé par des juristes. Le processus a pris jusqu'ici plus de temps que prévu notamment en raison de quelques détails techniques.

Le bureau du ministre du Commerce international, Ed Fast, se limite à déclarer que « d'excellents progrès sont accomplis ».

En octobre dernier, après plusieurs années de négociations, Ottawa et Bruxelles avaient conclu une entente de principe.

L'objectif ultime du traité est d'accroître de 20 % les échanges entre les deux blocs économiques. L'accord permettrait d'injecter 12 milliards de dollars dans l'économie canadienne.

Avec des informations de Marc Godbout

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Économie