•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petits fruits en demande dans la vallée de la Matapédia

Des framboises dans la vallée de la Matapédia.

La vente des framboises va bon train dans la vallée de la Matapédia

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La vente de fruits comme la fraise et la framboise va bon train dans la vallée de la Matapédia. Avec les années, la demande a augmenté et l'offre aussi.

Que ce soit en cueillette, au marché public ou en épiceries, l'engouement des consommateurs est élevé, au grand bonheur des producteurs.

Jean-Paul Lebel, producteur à La vallée de la framboise, a 75 000 arbustes fruitiers et ça ne suffit pas. Il planté 3 000 fraisiers cette année et planifie en planter davantage l'an prochain. Selon lui, la demande augmente depuis les 20 dernières années.

« La population veut avoir des produits frais autant dans les fruits que dans les légumes. On fait quand même un peu de marchés publics, mais notre grosse clientèle c'est directement à la ferme », dit-il.

De nombreux clients préfèrent acheter les petits fruits directement chez les producteurs. C'est une bonne façon pour eux d'encourager les gens de la région. 

Surtout chez les producteurs 

Une femme cueille des framboises dans la vallée de la Matapédia.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Beaucoup de clients cette année pour la cueillette de petits fruits dans la vallée de la Matépédia.

Photo : Radio-Canada

La forte demande fait aussi le bonheur des épiciers, mais pour les producteurs locaux, la marche est haute avant d'atteindre ce marché.

« Nous n'avons jamais vendu de fruits frais aux épiceries et on ne fournit même pas ici, c'est impensable », affirme le producteur.

Il ajoute que dans la région, il y a très peu de producteurs capables de fournir une seule épicerie.

Le marché de la framboise est déjà bien implanté dans la vallée de la Matapédia. Selon Jean-Paul Lebel, il reste amplement de place pour la fraise et encore plus pour le bleuet. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec