•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada en danger?

Le premier ministre Stephen Harper et le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, lors de la conclusion de l'entente en octobre 2013.

Le premier ministre Stephen Harper et le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, lors de la conclusion de l'entente en octobre 2013.

Photo : Francois Lenoir / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Allemagne rejettera l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne tel qu'il est actuellement, selon un quotidien allemand, ce qui pourrait compromettre son adoption. 

Des diplomates de Bruxelles, où est basée l'Union européenne, ont indiqué au journal Sueddeutsche Zeitung que l'Allemagne s'oppose à des clauses concernant la protection légale des entreprises. L'Allemagne considère que ces clauses pourraient permettre aux investisseurs de contourner les lois qui sont en vigueur au pays. 

Or, Bruxelles estime que sans ces protections légales, les Canadiens n'investiront pas en Europe.

Les pays de l'Union européenne recevront le traité au cours de la semaine pour déterminer s'ils l'appuieront ou non, rapporte le journal.

Cela pourrait mettre en danger l'accord négocié depuis 2009 entre le Canada et l'Europe, puisque les 28 pays membres de l'Union européenne doivent sanctionner le texte avant son adoption. 

Si elle est adoptée, l'entente permettrait au Canada d'engranger quelque 35 milliards de dollars par année. Il permettrait aussi une progression de 20 % des échanges entre le Canada et l'Europe.

Prélude de l'accord avec les États-Unis?

Selon des sources interrogées par le quotidien, ce refus pourrait donner le ton à l'accord de libre-échange qui est négocié actuellement avec les États-Unis

« Le traité de libre-échange avec le Canada est un test pour celui des États-Unis  », a souligné un diplomate de Bruxelles. Si le traité canadien est refusé, l'accord avec les États-Unis est mort, dit-il. 

Avec les informations de Reuters, CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !