•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Miramichi Lumber poursuit le gouvernement du Nouveau-Brunswick

Chargement de l’image

Miramichi Lumber

Photo : Nicolas Steinbach/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La compagnie Miramichi Lumber intente une poursuite contre le gouvernement du Nouveau-Brunswick. 

Les dirigeants de l'entreprise estiment que Fredericton n'a pas respecté son engagement concernant les quotas de bois provenant des terres de la Couronne. L'entreprise ne pouvait pas couper plus de 49 000 mètres cubes de bois en 2013-2014. Elle rappelle toutefois qu'elle s'était entendue avec la province pour obtenir une allocation permanente de 126 500 mètres cubes, et qu'un quota supplémentaire de 39 500 mètres cubes devait leur être alloué plus tard. 

Le président-directeur général de Miramichi Lumber, Daniel Anderson, explique qu'ayant obtenu moins de la moitié de la quantité de bois allouée, elle ne voit pas d'autres solutions que de prendre la voie des tribunaux pour protéger ses droits..

Daniel Anderson affirme que l'entreprise a tenté de résoudre le différend en négociant avec le ministre et de hauts fonctionnaires du ministère des Ressources naturelles, mais que la démarche a échoué.

À quelques reprises, en 2013, l'entreprise a fermé ses portes en raison d'une pénurie de bois provenant des terres de la Couronne. Chaque fois, des dizaines d'employés se sont retrouvés sans travail pendant quelques mois. 

Le scierie a déjà menacé de fermer ses portes définitivement, en raison de ce manque de bois. De plus, l'entreprise avait prévu agrandir ses installations et créer une vingtaine d'emplois dans la région de Blackville. Elle soutient que le projet a été reporté aux calendes grecques, parce que la province ne respecte pas son engagement. 

La requête de Miramichi Lumber a été signifiée à la province le 10 juillet dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie