•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un festival de la C.-B. interdit les coiffes des Premières Nations

La chanteuse Eliza Doolittle au festival californien Coachella en 2011.

La chanteuse Eliza Doolittle au festival californien Coachella en 2011.

Photo : Getty Images / Charley Gallay/GI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le festival Bass Coast, qui a lieu à Merritt, en Colombie-Britannique, du 1er au 4 août, a décidé d'interdire sur son site les coiffes de guerre des Premières Nations et toutes les autres arborant des plumes.

Depuis plusieurs années, ces fausses coiffes inspirées de la culture des Premières Nations sont devenues populaires dans les festivals de musique.

L'organisation du festival Bass Coast a annoncé cette interdiction plus tôt cette semaine sur sa page Facebook. L'équipe de sécurité du festival appliquera cette politique.

Le festival comprend « pourquoi les gens sont attirés par les coiffes des Premières Nations. Elles sont belles, mais leur signification spirituelle, culturelle et esthétique ne peut être séparée ».

Bass Coast Festival, à Merritt en Colombie-BritanniqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bass Coast Festival, à Merritt en Colombie-Britannique

Photo : Bass Coast Festival

De plus, le festival Bass Coast a lieu sur des terres autochtones et il tient à respecter la « dignité des peuples autochtones ». L'organisation a consulté des représentants des peuples autochtones de la Colombie-Britannique à ce sujet. L'interdiction de tels chapeaux s'aligne avec l'opinion et les souhaits des peuples autochtones.

Le groupe A Tribe Called Red, qui jouera au festival Bass Coast, est un des plus fervents détracteurs de tels chapeaux (Nouvelle fenêtre) dans le milieu de la musique électronique.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !