•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La monoculture, responsable du déclin des arbres à Winnipeg, selon un expert

Jacques Tardif, professeur en écologie forestière à l'Université de Winnipeg.
Jacques Tardif, professeur en écologie forestière à l'Université de Winnipeg. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un expert en écologie forestière attribue l'épidémie de maladie hollandaise de l'orme qui sévit à Winnipeg à la monoculture.

Le professeur à l'Université de Winnipeg, Jacques Tardif, explique que la ville de Winnipeg a planté des ormes en grande quantité au début du 20e du siècle. «  C'était une espèce native relativement tolérante à la pollution  », explique-t-il.

Cependant, en 1975, la maladie hollandaise de l'orme a fait son apparition à Winnipeg et le nombre d'arbres de cette espèce a chuté de moitié, passant de 275 000 à 135 000.

La concentration d'ormes a favorisé la propagation de la maladie, selon Jacques Tardif. « Dans les portions du territoire où on a beaucoup d'arbres, beaucoup d'ormes, on a ce qu'on appelle des greffes de racines, explique-t-il. Donc, les arbres communiquent entre eux dans le sous-sol et ce champignon-là peut passer d'un arbre infecté à un arbre qui est sain. »

Il faut éviter de planter massivement la même espèce sur de longs corridors.

Jacques Tardif, professeur d'écologie forestière, Université de Winnipeg

Malgré certaines mesures entreprises par la ville pour prévenir l'infection, telles que la vaccination, environ 5000 arbres disparaissent annuellement à cause de la maladie hollandaise de l'orme, selon la Ville de Winnipeg

La menace de l'agrile du frêne

Pour éviter la perte d'arbres, la ville de Winnipeg favorise désormais le frêne. Selon Jacques Tardif, 37 % des arbres de la capitale manitobaine sont de cette espèce.

Cependant, le professeur en écologie forestière prévoit que l'agrile du frêne arrivera au Manitoba d'ici quelques années.

Cet insecte ravageur a tué des millions d'arbres dans le sud-ouest de l'Ontario et au Michigan depuis son apparition en Amérique du Nord en 2002.

Selon Jacques Tardif, la meilleure solution pour éviter de tels problèmes, est de diversifier les espèces d'arbres plantés dans la ville.

Manitoba

Environnement