•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas vers un accord de paix entre rebelles et gouvernement maliens

Des prisonniers sont libérés par le gouvernement malien le 15 juillet, à l'aube de l'ouvertures des négociations d'Alger.

Des prisonniers sont libérés par le gouvernement malien le 15 juillet, à l'aube de l'ouvertures des négociations d'Alger.

Photo : Stringer/Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après plus d'une semaine de pourparlers, une feuille de route devant mener à une paix durable a finalement été signée par le gouvernement malien et les groupes rebelles séparatistes du nord du pays.

L'entente a porté également sur un cessez-le-feu, qui doit contribuer à stabiliser ce pays où se poursuit une intervention armée internationale.

Cette signature constitue un « résultat satisfaisant qui vient de couronner la phase initiale du dialogue intermalien », juge le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

Il ne s'agit pas d'un accord de paix définitif. La feuille de route dresse la liste des prochaines étapes des négociations, qui doivent reprendre le mois prochain à Alger.

L'accord devrait se conclure à l'automne et inclure une clause sur le partage du pouvoir, tout en balayant la perspective d'une indépendance de la région du nord du pays.

Les négociations orchestrées par Alger sont les premières à rassembler l'ensemble des parties prenantes au conflit depuis celles qui avaient abouti à un accord intérimaire le 18 juin 2013 à Ouagadougou, au Burkina Faso, ouvrant la voie à la tenue d'élections présidentielle et législatives.

Seuls les groupes liés à Al-Qaïda, qui ont occupé pendant plus de neuf mois le nord du Mali, en sont exclus.

Les signatiares de la feuille de route :

  • Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA);
  • Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA);
  • Mouvement arabe de l'Azawad (MAA);
  • Mouvement arabe de l'Azawad-dissident (MAA-dissident);
  • Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA);
  • Coordination des Mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR).
La crise malienne



Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !