•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’agrile du frêne de nouveau détecté à Laval

Agrile du frêne
Radio-Canada

Trois agriles du frêne ont été trouvés mercredi dans des pièges installés par la Ville de Laval. L’insecte, qui avait été détecté une seule fois en 2012, est donc bel et bien installé sur l’île Jésus, en concluent les autorités, qui évaluent les prochaines actions à mettre en œuvre.

Un texte de Vincent ChampagneTwitterCourriel

Les trois insectes, piégés sur trois arbres différents, ont été détectés dans le quartier Saint-Vincent-de-Paul, au sud-est de Laval. 

À l’été 2012, le petit coléoptère avait été trouvé dans un arbre situé sur le terrain de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), dans le quartier Chomedey. 

Depuis, une soixantaine de pièges ont été installés partout sur le territoire pour détecter l’agrile. On ne l’avait pas trouvé jusqu’à maintenant.

« Malheureusement, ce n’est pas une grande surprise », affirme Nadine Lussier, porte-parole de la Ville de Laval, « dans la mesure où on a trouvé des agriles dans plusieurs autres municipalités de la région. »

L’agrile du frêne, un insecte originaire d’Asie, et qui pourrait décimer à moyen terme la population de frênes de la région métropolitaine, a été trouvé à Montréal, Terrebonne et Boisbriand.

Mesures préventives

Comme plusieurs autres villes, Laval a pris des mesures pour retarder l’apparition de l’agrile du frêne sur son territoire et amoindrir son impact.

  • Un recensement a permis de dénombrer pas moins de 5000 frênes sur le domaine public et on évalue à plus de 5000 le nombre d’arbres sur des terrains privés, indique Mme Lussier.

  • Plus d’une centaine d’arbres sont traités au TreeAzin, un biopesticide qui est injecté à la base de l’arbre. Le traitement doit être renouvelé aux deux ans. La Ville utilise aussi l’insecticide AceCap, indique Nadine Lussier.

  • L'ensemble des opérations de lutte contre l'agrile n'aurait pas coûté plus de 25 000 $ pour le moment, affirme encore Mme Lussier, selon qui les choses pourraient évoluer en fonction de la nouvelle détection.

Ailleurs sur la Rive-Nord

Les municipalités de la Rive-Nord ne luttent pas toutes à armes égales contre l’agrile du frêne. Si certaines, comme Bois-des-Filion, Blainville et Boisbriand, ne rechignent pas sur la dépense, d’autres sont, pour le moment, en phase d’observation.

Survolez la carte avec votre souris et cliquez sur le rond rouge pour faire apparaître l'information.

Cliquez ici pour consulter la carte sur un appareil mobile. (Nouvelle fenêtre)

En raison des vacances estivales, plusieurs municipalités n’ont pas encore pu répondre à nos questions.

Environnement