•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des geckos perdus dans l'espace

Un gecko de l'île Maurice

Un gecko de l'île Maurice

Photo : Ed Harris / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'agence spatiale russe annonce avoir perdu le contact avec un satellite à bord duquel se trouvaient des geckos qui étaient l'objet d'expériences en apesanteur, notamment sur leur reproduction.

Le contact avec le satellite Foton M-4, lancé le 19 juillet dernier, a été perdu par la salle de contrôle après que le réacteur du satellite en orbite fut allumé pour augmenter son altitude, a expliqué l'entreprise spatiale russe TsSKB-Progress, en charge du satellite.

Plusieurs expériences scientifiques se déroulaient à bord de ce satellite, dont l'une portait sur les effets de la microgravité sur les organismes et le comportement sexuel des geckos.

Le petit engin spatial de forme sphérique héberge de petits geckos originaires de l'île Maurice. Une vingtaine d'expériences doivent être menées, dont la naissance d’une portée de petits geckos en apesanteur. Le module devait rentrer sur terre en septembre pour que ses occupants soient étudiés.

Les reptiles toujours vivants

Selon TsSKB-Progress, les appareils de bord fonctionnent toujours et les informations scientifiques sont toujours transmises à la Terre, mais le contrôle du satellite, lui, est perdu.

« Les appareils, qui fonctionnent en mode automatique, en particulier pour l'expérience des geckos, suivent le programme », a confirmé Oleg Volochine, porte-parole de l'institut médicobiologique qui dirige les expériences.

Le satellite peut fonctionner en mode automatique pendant une longue période, selon TsSKB-Progress, et même dériver pendant trois ou quatre mois dans l'espace avant que ses réserves d'énergie soient épuisées.

La perte de contact avec ce satellite se veut un nouveau revers pour l'industrie spatiale russe, qui a connu une série d'échecs ces dernières années. Début juillet, le décollage d'une fusée Angara a dû être annulé et reporté au dernier moment. En mai, une fusée Proton a échoué à mettre en orbite un satellite de télécommunications, qui s'est désintégré dans l'atmosphère.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...