•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regina et Saskatoon trônent au palmarès des crimes graves

Le chef de la police de Regina, Troy Hagen, réagit au dévoilement de l'Indice de gravité de la criminalité par le Centre canadien de la statistique juridique, le 23 juillet 2014

Le chef Troy Hagen souligne que le service de police de Regina a différentes stratégies pour réduire le nombre de crimes comme les entrées par effraction et les vols de voiture. Le service en envisagera d'autres également, dit-il.

Photo : ICI Radio-Canada/Trent Peppler

Ralph-Bonet Sanon
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est à Regina et Saskatoon que les crimes étaient les plus graves par rapport à leur nombre l'an dernier, révèlent des données de Statistique Canada publiées mercredi.

En 2013, la capitale saskatchewanaise et la ville la plus peuplée de la province ont chacune affiché un Indice de gravité de la criminalité (IGC) déclarée par la police de 109 et 99, sur une échelle de 100.

Regina et Saskatoon ont donc connu les deux IGC les plus élevés parmi 33 régions métropolitaines de recensement (RMR), même si le taux de criminalité a baissé dans ces deux villes. En comparaison, la moyenne canadienne était de 68,7. L'IGC le plus bas était à Barrie en Ontario avec 42,8.

Le maire de Regina, Michael Fougere, réagit au dévoilement de l'Indice de gravité de la criminalité par le Centre canadien de la statistique juridique, le 23 juillet 2014Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : ICI Radio-Canada/Trent Peppler

L'IGC montre le volume et la gravité des crimes d'une région donnée. La gravité d'une infraction est calculée à l'aide du nombre d'incarcérations et de la longueur moyenne des peines imposées par la cour.

Regina et Saskatoon demeurent au sommet de la liste même lorsque la gravité du crime est éliminée du calcul et qu'on ne s'intéresse qu'au nombre d'infractions, note Statistique Canada.

Malgré tout, l'IGC de Regina a diminué de 7 % comparativement à 2012, un fait dont se félicite le chef de police Troy Hagen. « Nous sommes emballés par la réduction globale du crime dans la RMR de Regina, a-t-il noté. Nous réduisons notre IGC et notre taux de criminalité plus vite que le reste du pays. »

Les données de Statistique Canada n'enchantent toutefois guère le maire Michael Fougere. « Ça ne me plaît pas. À qui cela plairait? Mais je tiens à rappeler que nous faisons tant de bonnes choses pour diminuer la criminalité, car c'est ce qui importe », a-t-il réagi.

Le chef de la police de Saskatoon, Clive Weighill, réagit au dévoilement de l'Indice de gravité de la criminalité par le Centre canadien de la statistique juridique, le 23 juillet 2014.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de la police de Saskatoon, Clive Weighill

Photo : ICI Radio-Canada/Marc Apollonio

De son côté, le chef de la police de Saskatoon, Clive Weighill, a estimé que la baisse de l'IGC pour les crimes violents dans sa ville est la preuve du succès de l'action policière.

Aucune des RMR évaluées n'a connu de hausse de son IGC en 2013. Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, a connu la baisse la plus importante, soit 17 %.

À l'échelle provinciale, la Saskatchewan a enregistré l'IGC global et l'IGC chez les jeunes les plus élevés de toutes les provinces.

Avec des informations de Marc-Antoine Bernier et Geoff Leo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !