ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreux transporteurs annulent leurs vols vers Tel-Aviv

Un avion d'Air Canada

Photo : La Presse canadienne / Rick Rycroft

Radio-Canada

À l'instar de plusieurs compagnies aériennes américaines et européennes, Air Canada annule ses vols vers l'aéroport international Ben-Gourion, à Tel-Aviv, pour des raisons de sécurité.

Le transporteur a indiqué qu'il continuera à évaluer la situation pour les prochains jours, et en avisera les voyageurs. Un vol relie habituellement Toronto à Tel-Aviv tous les jours.

Aux États-Unis, tous les vols vers Tel-Aviv ont été suspendus pour au moins 24 heures à partir de mardi midi par l'Agence fédérale de l'aviation (FAA). L'avis ne concerne que les transporteurs américains puisque la FAA n'a pas d'autorité sur les compagnies d'autres pays.

Ces interdictions de vol vers la ville israélienne ont été décrétées par les autorités aériennes américaines à la suite de tirs de roquettes palestiniennes, dont une est tombée à 1,5 kilomètre de l'aéroport Ben-Gourion, faisant deux blessés, selon les autorités israéliennes.

Delta Airlines a même dérouté un de ses avions en plein vol, alors qu'il était presque arrivé à Tel-Aviv. Le Boeing 747 parti de l'aéroport international John-F.-Kennedy de New York avec 290 personnes à bord a fait demi-tour et a été redirigé vers l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle.

Unr roquette tirée de la bande de Gaza est tombée sur une maison à 1,5 kilomètre de l'aéroport de Tel-Aviv, faisant deux blessés, selon les autorités israéliennes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Unr roquette tirée de la bande de Gaza est tombée sur une maison à 1,5 kilomètre de l'aéroport de Tel-Aviv, faisant deux blessés.

Photo : AP Photo/Dan Balilty

Les Européens emboîtent le pas

Cette suspension des vols a eu des échos jusqu'en Europe. Tel que prescrit par l'Agence européenne de sécurité aérienne, le transporteur national français, Air France, le néerlandais KLM, l'allemand Lufthansa et le britannique EasyJet ont également annoncé l'arrêt de leurs vols « jusqu'à nouvel ordre ». Plusieurs autres compagnies ont pris la même décision par mesure de précaution.

C'est la première fois depuis la guerre du Golfe en 1990-1991 que de telles mesures touchent Israël.

La compagnie British Airways a en revanche maintenu ses vols. « Nous continuons de fonctionner comme d'habitude », a déclaré un porte-parole du transporteur britannique. « La sûreté et la sécurité sont nos premières priorités et nous continuons à surveiller la situation », a-t-il ajouté.

Aucun risque, dit Israël

Le ministère israélien des Transports a affirmé que les décollages et les atterrissages sont sécuritaires à Ben-Gourion, seul aéroport international du pays. Son gouvernement invite par conséquent les compagnies aériennes internationales à revoir leur décision et à rétablir leurs vols.

« L'aéroport Ben-Gourion est sécuritaire et bien gardé. Il n'y a pas de raisons pour que les compagnies américaines suspendent leurs vols et cèdent à la terreur », a déclaré le ministre au quotidien Haaretz.

« Toutes les mesures nécessaires pour la sécurité de l'aviation civile sont en place », insiste de son côté le consul général d'Israël au Québec et représentant permanent d'Israël à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), Joël Lion. « Le dôme de fer marche à 100 % autour de l'aéroport », a-t-il déclaré, faisant référence au système de défense aérien de l'État hébreu.

Selon le pilote et spécialiste de l'aviation civile Jean Lapointe, la décision de la FAA et des compagnies aériennes est « sage », dans les circonstances du conflit opposant Israël et le Hamas. Comme les avions sont à plus basse altitude à l'atterrissage et au décollage, ils sont particulièrement vulnérables aux missiles, indique-t-il. « Notre industrie ne peut pas se permettre un nouvel accident, juste après celui du MH17. »

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International