•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bas-reliefs du Calvaire d'Oka remis en beauté

Les oeuvres sont restaurées au terme d'un travail méticuleux.
Les oeuvres sont restaurées au terme d'un travail méticuleux.
Radio-Canada

La restauration de deux des panneaux en bas-relief du Calvaire d'Oka, oeuvres du patrimoine religieux acquises en 2011 par le Musée de la civilisation, est en bonne voie.

Des sept panneaux sculptés en 1775 par l'artiste François Guernon, dit Belleville, l'Ecce Homo et la Flagellation sont restaurés aux deux tiers.

Amorcée en 2012, cette remise en état demande un travail minutieux et rigoureux pour enlever à l'aide de solvants des couches successives de peinture qui avaient été ajoutées au fil du temps sur l'œuvre originale, mentionne Élisabeth Forest, restauratrice de peinture au Centre de conservation.

« En restauration de peintures, le plus gros du travail est d'enlever des couches qui ont été ajoutées avec les années, souvent en fait, qui n'ont rien à voir avec l'œuvre originale et nous, notre travail, c'est d'enlever toutes ces couches-là et de redonner à l'oeuvre toute sa lisibilité et toute son authenticité », explique Mme Forest.

En tout, trois couches qui avaient été apposées sont retirées : un vernis jauni datant des années 80, un surpeint des années 50 et une autre couche datant de la fin du 19e siècle.

Leur dégagement permet de dévoiler une couche plus ancienne, appliquée par le peintre sculpteur Vincent Chartrand vers 1823 et de mettre en lumière tout le travail de sculpture.

« Le travail de sculpture, on voit davantage tout le travail du couteau, c'est plus saillant au niveau des plis, au niveau des mains aussi, dans le visage du Christ, juste le travail de la couronne d'épines, on retrouve les angles bien saillants alors que tout ça était tout arrondi, gommé avec les couches qui ont été ajoutées », décrit Mme Forest.

Le Calvaire d'Oka représente un chemin de croix à sept stations. L'œuvre de bas-relief serait la plus ancienne du genre au Canada.

La restauration des deux premiers panneaux devrait être achevée au printemps 2015.

Québec

Arts