•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Françoise David plaide pour une plus grande retenue de la part des élus

Françoise David, le 27 mars 2014

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, le 27 mars 2014

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes / PC

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Françoise David se croise les doigts pour que la période estivale ait un effet apaisant sur certains ténors du gouvernement provincial.

La porte-parole de Québec solidaire et députée de Gouin n'a guère apprécié les récentes offensives verbales menées par les ministres Gaétan Barrette et Christine St-Pierre qui s'en sont respectivement pris au « père de l'assurance maladie », Claude Castonguay, et au député péquiste Jean-François Lisée.

Quand La Presse Canadienne lui a demandé si, à son avis, Philippe Couillard avait perdu le contrôle de ses ministres, Mme David s'est contentée de répondre avec une pointe de malice: « pas encore ».

Elle a ajouté qu'elle s'est réjouie, la semaine dernière, lorsque le premier ministre a exhorté les membres de son équipe à réfléchir avant de se lancer dans des envolées verbales. Selon Mme David, il était temps qu'il mette son poing sur la table.

« Bien sûr, la politique c'est un monde de controverses, d'attaque et de défense, mais on peut en faire de façon courtoise et civilisée. »

— Une citation de  Françoise David

Elle a indiqué qu'au sein de sa petite équipe, « tout le monde avait hâte qu'il intervienne. On trouvait franchement que ça n'avait aucun sens ». Françoise David a jugé que c'était une « bonne chose » que M. Couillard ait clairement « exigé un changement de ton ». Elle a précisé qu'elle souhaitait que cette directive soit observée à long terme.

Il faut absolument que « les ministres qui sont un petit peu trop vite sur la gâchette et qui parlent, parfois, à travers leur chapeau ou avec un ton qui n'est pas convenable » apprennent à faire preuve de plus de tact, a-t-elle lancé.

Mme David a reconnu que ce n'était guère surprenant que les esprits s'échauffent à l'occasion dans l'arène politique, mais que les élus devraient coûte que coûte réfréner leurs ardeurs pour éviter les dérapages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !