•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Snowden cherche à développer des techniques anti-espionnage

L'ancien analyste Edward Snowden, à l'origine des révélations sur les programmes de surveillance menés par les États-Unis, était en entrevue, hier soir, sur les ondes du réseau NBC. On en parle Luc Laliberté, enseignant en histoire au Cégep Garneau.

Edward Snowden en entrevue

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Edward Snowden, l'ex-consultant des services secrets américains à l'origine de la révélation l'an dernier d'importants programmes de surveillance mis en place par les États-Unis, a appelé samedi les participants à une conférence sur le piratage à aider au développement de techniques permettant de déjouer les programmes de surveillance gouvernementaux.

Le trentenaire américain s'est adressé aux participants à la conférence Hackers On Planet Earth (HOPE) qui se tenait à New York, via une liaison vidéo de Russie, où il s'est exilé.

Il a déclaré aux centaines de pirates entassés dans un auditorium et dans des salles autour qu'il avait l'intention de consacrer l'essentiel de son temps à promouvoir ces technologies et notamment une qui permet de communiquer de façon anonyme et de coder ses messages.

Edward Snowden n'a pas dit où en était sa demande d'extension de son visa russe, qui expire fin juillet. Les États-Unis veulent récupérer le fugitif pour l'inculper, notamment de faits d'espionnage.

Au cours de la conférence HOPE, plusieurs discussions ont détaillé les façons de déjouer les programmes de surveillance publics.

Il a notamment été question d'un système appelé SecureDrop conçu pour permettre de communiquer des documents sensibles aux journalistes de façon anonyme.

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !