•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdite à Paris, la manifestation pro-Gaza dégénère

« Nous sommes tous des Palestiniens », ont scandé les milliers de personnes qui ont bravé l'interdit de manifester à Paris, l'une des villes dans le monde où se sont réunis samedi des manifestants pour dénoncer l'offensive terrestre menée depuis jeudi par l'armée israélienne dans la bande de Gaza.

« Nous sommes tous des Palestiniens », ont scandé les milliers de personnes qui ont bravé l'interdit de manifester à Paris, l'une des villes dans le monde où se sont réunis samedi des manifestants pour dénoncer l'offensive terrestre menée depuis jeudi par l'armée israélienne dans la bande de Gaza.

À Paris, des heurts ont éclaté quand les policiers ont voulu arrêter le cortège qui se dirigeait vers le nord de la capitale. Quelques manifestants ont jeté des pierres et bouteilles sur les agents qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. 

La police a interpellé 38 personnes.

Indignées par l'interdiction de manifester, des organisations propalestiniennes et une partie de la gauche française avaient reproché au gouvernement Hollande d'être trop favorable à Israël. « Israël assassin, Hollande complice », ont scandé certains manifestants. 

Le seul camp que la France doit choisir, c'est celui de la paix.

communiqué de sept députés socialistes opposé à l'interdiction

Selon Bernard Ravenel, de l'association France Palestine Solidarité, l'exécutif français a mis de l'huile sur le feu en interdisant la manifestation.

Pour justifier l'interdiction, le président avait dit vouloir éviter que l'ordre public soit perturbé et que le conflit israélo-palestinien s'importe en France. Le ministre de l'Intérieur avait aussi rappelé les heurts qui ont éclaté lors d'une manifestation précédente, dimanche dernier.

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a rejeté les critiques voulant qu'en interdisant la manifestation, l'exécutif ait adopté une position pro-israélienne. « Ça ne signifie en aucun cas que le gouvernement français prendrait position contre les Palestiniens », a-t-il affirmé.

La liberté de penser des choses différentes est entière en France, mais nous ne voulons pas que ça ait des conséquences négatives sur la sécurité de l'ensemble du territoire.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères

Après les débordements, les critiques sont aussi venues de la droite. Pour le député de l'UMP Eric Ciotti, qui est favorable à l'interdiction, les autorités ont été « prises de court » et le « dispositif n'était en aucun cas adapté à la situation ».

Le Front national a aussi critiqué le gouvernement, qu'il juge « incapable de faire respecter ses décisions »

Dans la plupart des grandes villes françaises comme Lyon, Marseille et Strasbourg, des manifestants se sont également fait entendre, mais les manifestations sont restées pacifiques.

Les tensions sont vives en France depuis la reprise des affrontements au Proche-Orient, l'hexagone comptant les populations musulmanes et juives les plus importantes d'Europe occidentale.

Des manifestants tentent de détruire un drapeau israélien à Bruxelles, en Belgique, le 19 juillet 2014Des manifestants tentent de détruire un drapeau israélien à Bruxelles, en Belgique Photo : Francois Lenoir / Reuters

Le rassemblement a été plus calme à Londres, où des milliers de personnes s'étaient donné rendez-vous devant le 10, Downing Street pour réclamer l'arrêt des bombardements israéliens et la levée du blocus économique imposé à l'enclave palestinienne.

Au douzième jour de l'offensive israélienne sur Gaza, on dénombre plus de 330 morts parmi les Palestiniens. La communauté internationale peine à arracher un cessez-le-feu.

Au Canada

Des manifestations pro-Gaza ont aussi eu lieu dans plusieurs villes au Canada, dont Montréal, Winnipeg et Toronto.

À Montréal, un bref incident impliquant une manifestante pro-israélienne est survenu, sans que la situation ne dégénère.

À Toronto, les manifestants se sont réunis devant le consulat israélien. L'une des organisatrices a tenu à dénoncer le « soutien inébranlable » du gouvernement Harper envers Israël.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

International