•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Offensive sur Gaza : plus de 330 Palestiniens tués en 12 jours

L'offensive terrestre d'Israël dans la bande de Gaza se poursuit de plus belle samedi.

Photo : Baz Ratner / Reuters

Radio-Canada

Fantassins et blindés israéliens ont renforcé samedi leur position dans une zone tampon à la frontière est de la bande de Gaza, alors que le bilan du conflit atteint désormais les 334 morts palestiniens, selon les services de secours. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit se rendre aujourd'hui dans la région.

Il tentera de désamorcer le conflit et de trouver une solution pour mettre fin aux attaques, en collaboration avec les acteurs régionaux et internationaux.

Samedi, au moins 38 Palestiniens ont péri dans des frappes israéliennes ciblant principalement les villes de Beit Hanoun et de Beit Lahya au nord de l’enclave, ainsi que Khan Younès, au sud.

Un commando palestinien qui s'était infiltré en Israël par un tunnel depuis Gaza a quant à lui tué deux soldats israéliens. Un troisième soldat a été mortellement touché par un tir « ami ».

Un Bédouin a aussi été tué samedi par une roquette tirée de Gaza. Il s'agit de la deuxième victime civile depuis le 8 juillet du côté israélien, a indiqué la police.

Des tunnels découverts

Selon le lieutenant-colonel Peter Lerner, porte-parole de l'armée, 13 tunnels et 95 lance-roquettes ont été découverts et détruits dans le cadre de l'opération. L'armée a fait de la destruction du réseau souterrain du Hamas à Gaza sa priorité, craignant qu'il ne serve à lancer des attaques contre les civils israéliens.

En ce qui concerne l'arsenal, les activistes palestiniens de la bande de Gaza ont utilisé ou perdu la moitié environ de leurs roquettes en 12 jours de conflit, soutient l'armée. Les activistes auraient tiré au moins 1705 roquettes, rapporte-t-elle.

Les combattants islamistes, qui ne divulguent aucune information précise sur leur arsenal ou sur leur déploiement disent, eux, avoir reconstitué leur stock.

La bande de Gaza est privée à 90 % d'électricité, rapportent les responsables palestiniens qui jettent le blâme sur Israël.

Rappelons que l'État hébreu a intensifié son offensive sur l'enclave palestinienne depuis jeudi soir en lançant une opération terrestre visant à détruire les tunnels « qui permettent aux membres de groupes armés palestiniens de s'infiltrer sur le territoire israélien », selon le premier ministre Benyamin Nétanyahou.

Les civils portent un lourd tribut dans cette guerre puisqu'ils représentent 80 % des victimes, selon le Centre palestinien pour les droits de l'Homme, situé à Gaza. Depuis le début des raids aériens, 2385 Palestiniens ont été blessés. 

Il s'agit de la première offensive terrestre d'Israël sur Gaza depuis celle de décembre 2008, dans laquelle 1400 Palestiniens avaient péri, et qui n'avait pas mis fin aux tirs de roquettes.

Pour consulter la carte sur un appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Efforts diplomatiques

En visite en Jordanie, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a insisté samedi sur l'« absolue priorité » de parvenir à une trêve à Gaza, soulignant que la communauté internationale soutient une proposition égyptienne de cessez-le-feu rejetée par le Hamas.

Le déplacement au Proche-Orient du ministre des Affaires étrangère vise à « contribuer aux efforts qui sont entrepris pour casser la spirale de la violence et pour protéger le plus possible les populations civiles ».

Les Nations unies ont condamné les tirs de roquettes palestiniens, tout en exprimant des inquiétudes quant à la lourde riposte israélienne.

Le plus haut représentant de la Palestine au Canada a appelé, vendredi, le Hamas à stopper ses tirs de roquettes en territoire israélien. Saïd Hamad a également demandé au gouvernement canadien de se servir de ses liens d'amitié avec Israël pour convaincre l'État hébreu de mettre fin à son offensive terrestre dans Gaza, qu'il qualifie « d'escalade irresponsable ».

Le premier ministre Stephen Harper et le ministre des Affaires étrangères John Baird ont tous deux exprimé le soutien d'Ottawa à l'opération militaire israélienne.

Benyamin Nétanyahou a justifié l'attaque terrestre en raison du rejet par le Hamas de l'offre de cessez-le-feu mise de l'avant par l'Égypte et qui aurait impliqué un arrêt total des hostilités aériennes, maritimes ou terrestres, et mené à des négociations.

La nouvelle escalade de violence a été déclenchée par l'enlèvement et le meurtre de trois étudiants israéliens en juin, attribués par Israël au Hamas, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem, pour lequel trois juifs ont été inculpés.

Comprendre la crise à Gaza en 5 questions
Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et Associated Press

International