•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avenir du FFM : la ministre Hélène David écarte la médiation

La ministre de la Culture et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Hélène David.

La ministre de la Culture et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Hélène David.

Photo : La Presse canadienne / PC/Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Présente à l'ouverture du Festival international de film Fantasia jeudi à Montréal, la ministre Hélène David a indiqué ne pas vouloir s'engager dans un processus de médiation avec le FFM, laissant toute la place à la SODEC.

En début de semaine, dans une lettre enflammée parue dans le quotidien La Presse, la directrice générale du Festival des films du monde de Montréal, Danièle Cauchard, avait tiré à boulets rouges sur la présidente de la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC), Monique Simard. Serge Losique, fondateur du FFM, a par la suite tenté de calmer le jeu en proposant un processus de médiation pour régler le différend entre la SODEC et le FFM.

En entrevue, jeudi, Hélène David a rejeté cette option.

« La SODEC a son processus d'évaluation, et ce n'est pas à la ministre à s'immiscer dans ce processus. Le processus est très bien géré par la SODEC. Quand quelqu'un n'est pas content d'une décision, il peut l'exprimer, mais il faut que ce soit de façon civilisée. »

Également présent à l'ouverture de Fantasia, le maire de Montréal, Denis Coderre, a tenu le même discours.

« Tant au niveau de la Ville que de la SODEC, ça fait longtemps que nous posons des questions précises [au FFM], et nous avons pris des décisions en conséquence. La question n'est pas d'aller chercher une médiation, mais de livrer la marchandise. »

Rappelons qu'au début du mois de juin, Téléfilm Canada, la SODEC et la Ville de Montréal ont retiré leurs subventions au festival, pour un montant total de 680 000 $. De nombreux distributeurs indépendants québécois ont également décidé de ne pas soumettre leurs films au FFM cette année en raison de l'incertitude entourant l'événement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !