•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol MH17 : les séparatistes prorusses mis en cause par l'enquête américaine

Le président des États-Unis, Barack Obama

Le président des États-Unis, Barack Obama

Photo : La Presse canadienne / Jacquelyn Martin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le missile sol-air qui a abattu jeudi en Ukraine un avion de Malaysia Airlines a été tiré à partir d’une zone contrôlée par les séparatistes prorusses, a déclaré vendredi Barack Obama en point de presse à la Maison-Blanche.

« Ce que nous savons aujourd'hui, c'est qu'un missile sol-air a été tiré et que c'est ce qui a provoqué la chute de l'avion. Nous savons [...] que ce tir a été effectué depuis un territoire contrôlé par les séparatistes russes », a-t-il expliqué.

« Il est trop tôt pour deviner les intentions de ceux qui ont pu tirer le missile », a ajouté le président américain, mettant en garde contre des conclusions hâtives.

Washington n'exclut pas la responsabilité de Moscou

La représentante des États-Unis auprès des Nations unies, Samantha Power, a pour sa part suggéré devant le Conseil de sécurité que la Russie pourrait avoir fourni l’aide nécessaire aux séparatistes prorusses pour tirer le missile SA-11.

« En raison de la complexité technique du SA-11, il est peu probable que les séparatistes puissent faire fonctionner efficacement ce système sans l'assistance d'un personnel possédant des connaissances approfondies. Nous ne pouvons donc exclure l'assistance technique de personnel russe », a-t-elle déclaré.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a répliqué que les déclarations préjugeant du résultat de l'enquête n'étaient pas les bienvenues. « Il faut une enquête impartiale et transparente », a-t-il  dit.

« Il ne faut pas exercer de pressions sur cette enquête, en essayant de préjuger de son résultat par de vagues déclarations et insinuations qui ne se justifient pas dans une situation aussi difficile », a déclaré Vitali Tchourkine.

Obama interpelle Poutine

Cette catastrophe, qui a fait 298 morts, « souligne la nécessité de rétablir sans attendre la paix et la sécurité en Ukraine », a insisté Barack Obama. Il déplore que la Russie ait, « à de nombreuses reprises, refusé de prendre des décisions concrètes » pour permettre d'apaiser les tensions sur le terrain.

Le président américain a de nouveau accusé Moscou de fournir les séparatistes prorusses en armes lourdes et antiaériennes et a appelé toutes les parties du conflit à mettre en œuvre immédiatement un cessez-le-feu.

Les États-Unis, qui ont durci mercredi leurs sanctions contre Moscou, ont encore la capacité de les accroître, a prévenu M. Obama. Il a souligné que Vladimir Poutine était le mieux placé pour réduire la violence en Ukraine, notamment en empêchant l'envoi d'armes aux séparatistes, mais qu'il ne faisait rien en ce sens.

« Si monsieur Poutine décidait de ne pas laisser des armes lourdes et des combattants entrer en Ukraine [...], cela s'arrêterait. Et si cela s'arrête, les séparatistes pourront toujours ouvrir des négociations et parvenir à des arrangements politiques que M. Poutine lui-même dit souhaiter. »

— Une citation de  Barack Obama

Ce drame constitue un avertissement pour la communauté internationale, croit Barack Obama. « Cela va certainement être un signal d'alarme pour l'Europe et le monde sur le fait qu'une aggravation du conflit dans l'est de l'Ukraine aura des conséquences. »

Le président américain, qui a confirmé qu'au moins un Américain avait péri dans l'écrasement, a réclamé une enquête internationale crédible sur cette tragédie « épouvantable ».

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !