•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol MH17 : les Néerlandais pleurent leurs morts

Un proche d'une victime du vol MH17 essuie ses larmes à l'aéroport international Schipol d'Amsterdam.

Un proche d'une victime du vol MH17 essuie ses larmes à l'aéroport international Schipol d'Amsterdam.

Photo : La Presse canadienne / Phil Nijhuis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une centaine de spécialistes du sida, des familles partant en vacances, un couple de fleuristes et plusieurs autres passagers ont péri dans l'écrasement du vol MH17, jeudi, en Ukraine.

Sur les 298 victimes de l'écrasement, 189 étaient originaires des Pays-Bas.

« C'était mon frère et mon meilleur ami », confie Sander Essers, 63 ans, qui a perdu son frère Peter, 66 ans, sa belle-soeur Jolette, 60 ans et ses neveux Emma, 20 ans et Valentijn, 17 ans. Peter Essers, qui a fait carrière dans le milieu des télécommunications, avait la tête pleine de projets. « Il avait tellement de projets, son bateau est juste là, dans le port, il voulait encore voir le monde », témoigne son frère.

Psychologue réputée, Jolette est la femme dont la photo de passeport, retrouvée dans les débris de l'appareil, a fait le tour du monde via les médias sociaux. Ils habitaient une maison d'un quartier cossu de La Haye avec leurs deux enfants. Emma, 20 ans, étudiait la médecine et Valentijn, 17 ans, était un joueur de soccer et de tennis aguerri.

Une centaine de spécialistes du sida, qui se rendait à la Conférence internationale sur le sida à Melbourne, en Australie, se trouvaient également à bord de l'appareil. Du nombre, le chercheur néerlandais de renommée internationale Joep Lange était un ancien président de la Société internationale du sida.

L'histoire d'un couple de fleuristes a également fait le tour du monde. Cor Schilder, 33 ans, et Neeltje Tol, 30 ans, étaient montés à bord de l'appareil à Amsterdam. Ironisant sur la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines, Cor Schilder, a pris une photo de l'appareil dans lequel il s'apprêtait à monter avant de la publier sur Facebook avec la mention : « S'il devait disparaître, voilà à quoi il ressemble ».

Résidant à Volendam, à une quinzaine de kilomètres au nord d'Amsterdam, le couple de fleuristes partait en vacances.

Britanniques et Australiens aussi endeuillés

Parmi les neuf Britanniques tués dans l'écrasement se trouvaient deux partisans du club de soccer de Newcastle. John Adler et Liam Sweeney se rendaient en Nouvelle-Zélande pour assister à des matchs de leur club favori. « John était un habitué des gradins depuis presque un demi-siècle et n'a manqué presque aucun match pendant tout ce temps », a déclaré le club dans un communiqué. « Tout le monde connaissait Liam depuis qu'il s'était porté volontaire pour les navettes de partisans, ajoute le communiqué. John et Liam étaient deux de nos plus loyaux partisans.

Des chandelles ont été allumées et des fleurs déposées, jeudi soir, devant l'ambassade néerlandaise de Kiev, en Ukraine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chandelles ont été allumées et des fleurs déposées, jeudi soir, devant l'ambassade néerlandaise de Kiev, en Ukraine.

Photo : Valentyn Ogirenko / Reuters

Une famille australienne qui avait perdu deux de ses membres dans la disparition du vol MH370 a perdu deux autres de ses proches dans l'écrasement du vol MH17 en Ukraine. Maree et Albert Rizk revenaient à Melbourne après un séjour d'un mois en Europe lorsqu'ils ont trouvé la mort en Ukraine. Or, le père de Maree Rizk est marié à une Australienne dont la famille a perdu deux autres membres dans la disparition du vol MH370.

Sans vouloir parler au nom des familles, le frère de l'une des victimes Greg Burrows refuse de blâmer la société Malaysia Airlines pour le dernier accident. « Personne ne pouvait prévoir celui-ci », a-t-il dit à propos du Boeing 777 tombé en Ukraine, « et rien n'a été prouvé en ce qui concerne le premier [avion]. Nous attendons toujours des réponses sur le premier », a-t-il conclu.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !