•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement en Ukraine : une zone aérienne à risque, mais sans restriction

Un missile Buk M2, en Russie, en 2010.

Photo : Mikhail Metzel

Radio-Canada

L'espace aérien de l'est de l'Ukraine survolé par l'avion qui aurait vraisemblablement été fauché par un missile n'était pas soumis à des restrictions. L'Association internationale de transport aérien n'avait pas émis de réserves sur cette zone particulière.

Généralement, le transport est permis dans les régions où surviennent des guerres intermittentes, comme c'était le cas à la frontière entre l'Ukraine et la Russie. Eurocontrol, une organisation de sécurité aérienne européenne, a souligné que les avions ne pouvaient pas voler à basse altitude, soit à moins de 9727 mètres (32 000 pieds). 

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) avait toutefois indiqué que ce chemin présentait des risques sérieux et l'Association d'aviation américaine avait aussi prévenu ses pilotes d'éviter cette zone. L'avion de Malaysia Airlines se trouvait à 10 058 mètres (33 000 pieds) lorsqu'il s'est écrasé.

Air Canada contournait carrément ce couloir depuis le début du conflit en Ukraine, a indiqué le transporteur, quelques heures après la tragédie qui a coûté la vie à 298 personnes à bord du vol de la Malaysia Airlines.

Les autorités ukrainiennes ont depuis annoncé que l'espace aérien de l'est du pays était fermé jusqu'à nouvel ordre. Les avions qui devaient emprunter cette route - considérée comme le « chemin habituel » pour se rendre en Asie du Sud-Est, selon l'Association européenne des pilotes - doivent donc revoir leur itinéraire, généralement en survolant la Bulgarie et la Turquie. 

Eurocontrol estime que, en moyenne, 300 vols passaient par ce chemin quotidiennement.

L'itinéraire du vol MH17 avant son écrasement en UkraineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'itinéraire du vol MH17 avant son écrasement en Ukraine

Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

Avec les informations de Reuters, et The Wall Street Journal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International