•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une incursion dans l’univers des ligues de fers

Le reportage de Frédéric Tremblay
Radio-Canada

Les ligues de fers ont connu leurs heures de gloire dans les années 70 et 80. Le sport, pratiqué en Amérique du Nord depuis la fin du 19e siècle, est toutefois délaissé.

Au Québec, les jeux de fers sont inévitablement associés aux fêtes de famille et aux terrains de camping.

« Ç'a commencé dans les chalets, raconte Denis Gagnon. Moi, je jouais dans un chalet puis mon beau-frère m'a amené au régional. J'ai embarqué puis j'ai aimé ça puis j'ai continué pendant beaucoup d'années. »

Dans le secteur de Kénogami, une trentaine de joueurs se rassemblent tous les mardis soir pour la ligue de fer du Saguenay, l'une des dernières ligues compétitives de la région. Le nombre de participants est à la baisse.

À 22 ans, Frédéric Côté est l'un des rares jeunes joueurs. « Mes deux grands-pères jouaient aux fers, dit-il. Mon grand-père est justement là, il joue aux fers aussi. J'ai appris là, j'ai bien aimé ça les mardis soir, une petite soirée comme ça avec les amis. On aime ça. »

Aux yeux de plusieurs vétérans, l'image folklorique et la grande diversité sportive nuisent à la popularité des fers. Certains, plus pessimistes, croient même que ce loisir pourrait éventuellement disparaître d'ici quelques décennies.

Malgré ce déclin, une demi-douzaine de tournois sont organisés dans la région d'ici la fin de l'été. Le premier aura lieu à Dolbeau-Mistassini, le week-end prochain.

Saguenay–Lac-St-Jean

Sports