•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sida perd du terrain dans le monde

Un dépistage du VIH

Un dépistage du VIH

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de personnes qui sont mortes du sida a notablement reculé dans le monde en 2013, selon des données récentes de l'ONUSIDA.

Selon l'organisme onusien, la maladie a tué 1,5 million de personnes sur la planète l'an dernier, soit 11,8 % de moins que l'année précédente. Un pourcentage qui représente environ 200 000 décès de moins qu'en 2012.

Il s'agit, d'après le rapport de l'ONU déposé à Genève, de la plus importante baisse de mortalité due au sida depuis le pic de l'épidémie, en 2005.

Alors que le nombre de décès liés au sida reculait régulièrement de 100 000 par an environ depuis 2005, il a chuté de 200 000 l'an dernier, constatent les experts qui surveillent la progression de la maladie.

Moins de décès

Globalement, note l'ONUSIDA, les décès liés au sida ont chuté de 35 % au cours des huit dernières années. Il s'agit d'un constat encourageant pour le directeur de l'ONUSIDA, Michel Sibidé, qui estime qu'il est possible de mettre fin à l'épidémie de sida dans le monde.

Outre les décès, le taux d'infection a également reculé depuis l'an dernier, souligne le rapport des experts de l'ONU.

Le nombre de nouvelles infections est passé de 2,2 millions en 2012 à 2,1 millions en 2013. Le nombre d'enfants contaminés par la maladie est quant à lui passé de 270 000 à 240 000 au cours de la même période.

MERS

Moins de nouvelles infections

Les nouvelles contaminations ont été enregistrées en majeure partie en Afrique subsaharienne, qui reste la région la plus touchée par le virus, avec 1,5 million de nouvelles infections l'an dernier.

Les pays les plus touchés par l'épidémie sont l'Afrique du Sud et le Nigeria.

Cependant, depuis 2005, le nombre de nouvelles infections a chuté de 27,6 % dans le monde.

Le nombre de personnes qui vivent avec le VIH a quant à lui « légèrement progressé » l'an dernier, selon l'ONU, qui estime à 35 millions en 2013 le nombre de personnes atteintes, contre 34,6 millions en 2012.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour tenter de contrer les ravages du sida, des organismes sans but lucratif sont depuis un peu plus d’un an présents sur le terrain. Leur défi est de faire comprendre les risques reliés à la maladie.

Photo : Mimi Wells

14 milliards de dollars de plus qu'il y a 10 ans

Quant aux ressources attribuées à la lutte contre le sida, l'ONU constate qu'elles continuent d'augmenter malgré les difficultés économiques.

En 2013, 19,1 milliards de dollars étaient consacrés à la lutte contre le sida dans le monde, soit 14,5 milliards de dollars de plus qu'il y a 10 ans.

L'ONUSIDA estime cependant qu'il faudrait consacrer entre 22 et 24 milliards de dollars par an pour endiguer l'épidémie.

Actuellement, estime l'ONU, plus de 22 millions de personnes n'ont pas accès à un « traitement salvateur » contre le sida dans le monde.

Seuls 38 % des adultes porteurs du VIH ont accès à un traitement contre 24 % des enfants.

La publication de ce rapport de l'ONUSIDA survient à quelques jours de l'ouverture, le 20 juillet, de la Conférence internationale sur le sida, à Melbourne, en Australie.

Le sida dans le monde en 2013 :

  • 35 millions de personnes atteintes;
  • 1,5 million de décès;
  • 2,1 millions de nouvelles infections;
  • 240 000 enfants nés avec le sida;
  • 58 % des personnes infectées sont des femmes;
  • 70,6 % des cas sont enregistrés en Afrique subsaharienne;
  • 12,9 millions de personnes avaient accès à une thérapie rétrovirale;
  • La tuberculose est la première cause de décès chez les personnes atteintes;
  • 19,1 milliards de dollars consacrés à la lutte contre le sida en 2013.
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !