•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israël et le Hamas observent une trêve de 5 heures

Un soldat israélien lance un véhicule aérien Skylark - un outil de reconnaissance - près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza.
Un soldat israélien lance un véhicule aérien Skylark - un outil de reconnaissance - près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza. Photo: Baz Ratner / Reuters
Radio-Canada

Le Hamas s'est finalement joint à Israël et a accepté d'interrompre les hostilités pendant cinq heures, jeudi. La trève commence à 7 h, heure locale (3h HE)

Cette trêve proposée par l'ONU doit permettre « permettre à la population civile de la bande de Gaza de se ravitailler pour leurs besoins humanitaires », a indiqué l'armée israélienne par communiqué. L'interruption des tirs sera en vigueur de 10 h à 15 h, heure locale. 

L'armée israélienne prévient toutefois que si « le Hamas ou d'autres organisations terroristes exploitent cette fenêtre humanitaire [...], l'armée répondra fermement ». 

Elle a accepté cette trêve après que ses tirs eurent fait 25 nouvelles victimes mercredi, dont huit enfants. Parmi ces morts, on compte quatre jeunes qui jouaient sur la plage de la ville de Gaza ont péri lors d'un bombardement. L'armée israélienne affirme avoir visé en particulier les maisons d'un haut responsable de la sécurité du Hamas, Fathi Hammad, et le député Ismail Al-Ashqar.

Le conflit a coûté la vie à plus de 225 Palestiniens depuis le 8 juillet et fait une victime du côté israélien. Au moins 1600 personnes ont été blessées. 

Mercredi matin, Israël a demandé à 100 000 résidents des zones situées près de la frontière, dans le nord de la bande de Gaza, de prendre la fuite, en prévision d'autres frappes aériennes.

Des habitants de l'enclave palestinienne ont indiqué avoir reçu des coups de téléphone et des messages textes provenant de l'armée israélienne, qui a intensifié son offensive sur Gaza. Le Hamas a appelé la population à ne pas se plier aux injonctions israéliennes, parlant de guerre psychologique.

Comprendre la crise à Gaza en 5 questions

Le Hamas a des demandes

Après l'avoir rejeté la veille, le Hamas a proposé mercredi de modifier l'accord de cessez-le-feu mis sur la table par l'Égypte. Basé au Caire, le numéro deux du Hamas, Moussa Abou Marzouk, a notamment demandé l'ouverture des points de passage entre Israël et Gaza aux responsables égyptiens. 

Le Hamas demande également la libération de dizaines de Palestiniens qui ont été arrêtés de nouveau en Cisjordanie, après avoir été remis en liberté en échange de la libération du soldat israélien Gilad Shalit en 2011. 

Le président de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), Mahmoud Abbas, était au Caire mercredi afin de faire avancer le dossier. L'État hébreu avait quant à lui accepté la proposition égyptienne. 

Des familles pleurent la mort de quatre enfants qui jouaient sur une plage de Gaza.Des familles pleurent la mort de quatre enfants qui jouaient sur une plage de Gaza. Photo : Mohammed Salem / Reuters

Les hostilités ont repris début juillet entre Israël et le Hamas après le meurtre d'un adolescent palestinien en représailles aux meurtres de trois jeunes Israéliens. Les appels à la vengeance de part et d'autre ont conduit à une escalade de la violence.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et Associated Press

International