•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sanction à Suarez « très sévère », selon Blatter

Joseph Blatter avant de remettre le trophée de la Coupe du monde aux Allemands dimanche

Joseph Blatter avant de remettre le trophée de la Coupe du monde aux Allemands dimanche

Photo : Getty Images / Jamie Squire

Agence France-Presse

Le président de la FIFA, Joseph Blatter, a jugé lundi, « en tant que footballeur », que la suspension infligée à l'attaquant uruguayen Luis Suarez est « très sévère », tout en insistant sur l'indépendance de la commission de discipline.

Suarez a été suspendu neuf matchs en sélection et interdit pendant quatre mois d'interdiction de toute activité liée au soccer pour avoir mordu le défenseur italien Giorgio Chiellini au premier tour.

« Je ne veux pas parler de l'affaire Suarez, on a une commission de discipline indépendante, élue démocratiquement. En tant que footballeur, je pense que cette sanction est très sévère. Mais en tant que président de la FIFA, il faut que j'accepte ce que cette commission a décidé », a déclaré M. Blatter.

« J'espère que Suarez va revenir dans le football parce qu'il a montré sur le terrain, avant sa suspension, sa capacité technique et tactique. J'espère qu'on le reverra. Il vient de signer pour l'un des plus grands clubs du monde et je suis sûr qu'il va revenir au firmament du football », a-t-il ajouté.

Suarez, 27 ans, va signer la semaine prochaine un contrat de cinq ans avec le FC Barcelone, après son transfert de Liverpool.

Déjà condamné lourdement pour avoir mordu un défenseur de Chelsea et pour avoir proféré des insultes racistes à l'endroit d'un joueur de Manchester United, Suarez va contester sa suspension pour sa morsure sur Chiellini devant le Tribunal arbitral du sport, selon son avocat, après le rejet par la FIFA, jeudi, de l'appel interjeté par le joueur et la Fédération uruguayenne de football.

Surpris par la nomination de Messi

Par ailleurs, Blatter a avoué lundi avoir été « surpris » par la désignation de l'attaquant argentin Lionel Messi comme meilleur joueur du Mondial, malgré sa défaite et sa performance décevante en finale face à l'Allemagne.

« Je dois être diplomate ou vous dire la vérité? », a d'abord demandé M. Blatter avec un sourire avant de donner son sentiment sur la question.

« J'ai été moi-même surpris de voir Messi désigné meilleur joueur, a-t-il affirmé. Mais si vous regardez bien le début du tournoi, il a été décisif et l'Argentine est arrivée en finale grâce à ses buts. »

Le quadruple Ballon d'or a porté à bout de bras l'Argentine au premier tour avec quatre buts, mais s'est peu à peu éteint au fil des matchs à élimination directe, passant à côté de la demi-finale, remportée contre les Pays-Bas, et de la finale perdue face à l'Allemagne.

Le joueur du FC Barcelone avait lui-même expliqué dimanche que cette distinction individuelle n'avait aucune importance pour lui après le revers en finale.

« La vérité, c'est que cela [le Ballon d'or du Mondial] ne m'intéresse pas à ce moment précis. Nous voulions gagner la Coupe du monde pour tous les gens en Argentine, mais nous n'avons pas pu le faire », a-t-il dit.

Un Mondial « exceptionnel »

Finalement, Blatter a estimé lundi que le Mondial avait été « exceptionnel sur le terrain ».

« On ne peut pas comparer les Coupes du monde, chaque Coupe du monde a sa particularité. Mais celle-ci, d'un point de vue du terrain, a été exceptionnelle. La barre est placée très haut pour la prochaine », a affirmé le président de la FIFA.

Le record de buts inscrits dans une Coupe du monde (171), qui datait de 1998 en France, a été égalé.

Interrogé sur la note qu'il attribuerait au Mondial brésilien après avoir donné 9 sur 10 à l'Afrique du Sud en 2010, M. Blatter a répondu avec humour « 9,25 sur 10 ».

« La perfection n'est pas de ce monde », a-t-il ajouté.

« C'était ma 10e Coupe du monde, ma 5e en tant que président de la FIFA. Elle était particulière pour moi. Ce qui l'a rendue particulière, c'était la qualité du football, l'intensité des matchs. On a commencé le tournoi avec un football très offensif, de très haut niveau. Dans les dernières Coupes du monde, les équipes avaient peur de perdre. Ici, cela n'a pas été le cas », a-t-il également dit.

« Il y a eu beaucoup de buts, d'occasions, de l'offensive, a-t-il poursuivi. Dans les matchs à élimination directe, cela a été plus tactique et plus calculé, mais tous les matchs ont eu un niveau d'intensité élevé. La finale a été une bataille, pas seulement tactique. Tout le monde voulait gagner. Il y a eu des occasions de chaque côté. C'est le football qui a gagné par la qualité sur le terrain, le fair-play. »

Soccer

Sports