•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles règles en vigueur pour prévenir la légionellose

Nouvelles mesures pour prévenir la légionellose
Radio-Canada

La réglementation de la Régie du bâtiment pour l'entretien des tours de refroidissement sera encore resserrée dès samedi. De nouvelles mesures entrent en vigueur dans la foulée de l'épidémie de la légionellose qui a fait 13 morts à Québec à l'été 2012.

Depuis le mois de mai 2013, les propriétaires doivent déclarer leurs installations pour qu'elles soient inscrites dans un répertoire des tours à refroidissement au Québec. La tenue d'un registre d'entretien accessible aux autorités est aussi obligatoire.

La réglementation s'attarde cette année à la qualité de l'eau des tours à refroidissement, souvent à l'origine du développement de la bactérie Legionella.

« Dès la mise en fonction de l'installation en début de saison et à tous les 30 jours, il devra y avoir un test pour la qualité de l'eau et une analyse faite en laboratoire », explique le porte-parole de la Régie du bâtiment, Sylvain Lamothe.

Les échantillons seront envoyés dans un des huit laboratoires accrédités de la province. Si la concentration de la bactérie dépasse le seuil acceptable, le propriétaire doit en informer les autorités.

« Il y a une déclaration obligatoire et des actions qui devront être posées pour décontaminer la tour, faire un traitement de l'eau autrement dit, pour s'assurer de maintenir la qualité de l'eau », dit-il.

Deuxième phase

La mise en vigueur de ce deuxième volet de la réglementation a été plus longue. Des experts ont été consultés pour établir des normes relatives à la qualité de l'eau.

« Il restait des éléments à déterminer auprès des autorités et plutôt que de retarder l'entrée en vigueur de tout le règlement, ça avait été décidé d'être fait en deux phases », ajoute M. Lamothe.

Beaucoup de travail pour les laboratoires

Analyse en laboratoireLes échantillons seront analysés en laboratoire

À la veille de l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, c'est le branle-bas de combat dans les laboratoires, laisse entendre le président d'Environex, Marc Hamilton.

« Les gens nous envoient des quantités tous en même temps de légionelle. C'est un département qu'on avait commencé à deux personnes. Je pense qu'on va probablement doubler le nombre de personnes attitrées à temps plein juste à faire de la légionelle », dit-il.

L'identification de la bactérie en laboratoire prend de 10 à 14 jours.

En 2013, des inspecteurs ont réalisé quelque 2000 visites pour faire respecter la nouvelle réglementation.

Le répertoire de la Régie du bâtiment a permis de recenser quelque 2047 tours de refroidissement à travers la province.

Québec

Société