•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes des vins du Québec progressent de 40 % à la SAQ

Des vignerons déplorent le peu de visibilité des produits québécois à la SAQ.

Radio-Canada

Les vins québécois sont de plus en plus demandés dans les rayons de la SAQ où les ventes progressent de plus de 40 %, l'équivalent de 41 000 bouteilles supplémentaires par rapport à la même période l’an dernier. Ce progrès est expliqué par les mesures de soutien annoncées en novembre dernier par le gouvernement du Québec.

Pour des vignerons comme Yvan Quirion, du Domaine St-Jacques, c’est un changement de cap majeur après des années de négociations pour avoir un meilleur accès au réseau de la société d’État. 

« On peut se développer dans des ordres de 40-50 % d'augmentation par année pendant les 10, 20 prochaines années si on veut. Et la SAQ veut beaucoup », déclare le vigneron, qui pense maintenant vendre 90 % de sa production via le réseau de la SAQ.

Les relations entre les vignerons et la SAQ n’ont pas toujours été aussi harmonieuses. La SAQ applique une marge bénéficiaire standard sur tous les vins, qu’ils viennent de France, d’Espagne ou du Québec.

Peu subventionnés par rapport aux étrangers, les vignerons québécois qui voulaient vendre à la SAQ devaient souvent le faire à perte. La SAQ servait surtout de vitrine pour les plus gros vignobles.

Un programme d’aide à la commercialisation de 4,3 millions de dollars du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) vient verser 2 $ supplémentaires par bouteille aux vignerons qui vendent à la SAQ.

La SAQ mise aussi désormais sur la promotion des vins québécois et leur fait une large part dans ses succursales Sélection et Express.

L'étiquette de certification Vins du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'étiquette de certification Vins du Québec

Photo : facebook.com/VinsDuQuebec

Deux préoccupations : la qualité et une production suffisante

Pour la qualité, la SAQ exige des vins locaux qu’ils soient certifiés d’origine, faits de raisins québécois. Une appellation qui prend de l’ampleur.

Pour la production, des ajustements sont encore à faire et pour l’instant, ce sont les producteurs qui mettent la pédale douce pour ne pas se retrouver avec des tablettes vides. D’ici l’automne, la SAQ va implanter ses sections de vins québécois dans 180 succursales sur 400, mais se dit prête à aller plus loin si les producteurs arrivent à répondre à la demande. Et si la clientèle continue de répondre positivement.

D’après le reportage de Michel Marsolais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie